France / Koweït

La France enclenche de juteux contrats d'armement avec le Koweït

L'EC725 Caracal est un hélicoptère de transport militaire fabriqué par Airbus Helicopters.
L'EC725 Caracal est un hélicoptère de transport militaire fabriqué par Airbus Helicopters. CC
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L'Elysée s'est félicité mardi 20 octobre de la prochaine conclusion d'accords avec le Koweït, notamment « dans les secteurs stratégiques » de la sécurité et de la défense, à l'issue d'une rencontre entre François Hollande et le Premier ministre koweïtien Cheikh Jaber Al-Moubarak Al-Hamad Al-Sabah. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian recevait mardi soir son homologue à l'Hôtel de Brienne. Et ce mercredi le Premier ministre Manuel Valls s'entretiendra avec le chef du gouvernement koweitien. Cette dynamique avait été enclenchée en juin dernier par l'annonce d'une première commande d'hélicoptères Caracal.

Publicité

Le contrat pour les 24 EC725 Caracal fabriqués par Airbus Helicopters devrait déboucher « dans les semaines qui viennent, pour un début de livraison dans deux ans et demi », indique-t-on dans l'entourage du ministère français de la Défense, qui n'exclut pas qu'un nombre supérieur d'appareils soit commandé. Une affaire à un milliard d'euros, les hélicoptères pourraient être équipés de missile anti-navire Exocet, qui avaient fortement impressionné les Koweitiens durant la guerre des pétroliers dans les années 1980 dans le golfe arabo-persique. Au total, la France s'attend à conclure à moyen terme pour 2,5 milliards d'euros de contrat d'armement avec ce pays.

Le partenariat entre la France et le Koweït ne date pas d'hier. La France est liée par un accord de défense avec le Koweit depuis 1992. 10% des importations koweitiennes d'armement sont françaises. La participation de la France à la libération du Koweït en 1991 reste un souvenir très fort, rappelle-t-on à la Défense à Paris. Au-delà des hélicoptères, la France et le Koweït doivent signer des « lettres d'acceptation » dans le secteur terrestres auprès de Renaud-Truck-Défense, voire dans le naval autour de la modernisation des huit patrouilleurs P37 (classe Um Almaradim) livrés à la fin des années 1990 par les Constructions mécaniques de Normandie (CMN) à Cherbourg.

« Des patrouilleurs lance-missiles qu'il faut rééquiper et réarmer : à terme, des Corvettes comme les Gowind de la DCNS pourraient intéresser la marine koweitienne », indique la Défense. Des équipages très francophones formés en grande partie depuis 1994 par la société française Défense Conseil international (DCI/NAVFCO) présente dans le pays avec près de 70 coopérants.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail