Accéder au contenu principal
Grèce / Economie

La Grèce cède le port du Pirée au géant chinois Cosco

Des conteneurs à perte de vue, dans le port du Pirée, dont la privatisation a été relancée l'été dernier après l'accord conclu entre Athènes et ses créanciers internationaux sur un troisième plan d'aide.
Des conteneurs à perte de vue, dans le port du Pirée, dont la privatisation a été relancée l'été dernier après l'accord conclu entre Athènes et ses créanciers internationaux sur un troisième plan d'aide. Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le port du Pirée, au sud d'Athènes, passe sous pavillon chinois. Une étape cruciale dans la droite ligne des engagements du pays envers ses créanciers : procéder à de nombreuses privatisations, pour recapitaliser ses banques et rembourser sa dette publique.

Publicité

Sans surprise, la Grèce a accepté l'offre améliorée du chinois Cosco, 368 millions d'euros, pour acquérir 67% du Pirée, un des plus grands ports de la Méditerranée pour le fret.

Cette acquisition valorise le Pirée à 437 millions d'euros au total. Cosco achètera d'abord 51%, puis 16% d'ici 5 ans. L'Etat grec sera actionnaire à 7% et le reste sera capitalisé en Bourse.

Si on ajoute les investissements et les revenus de cette concession, l'accord représente un total de 1 milliard d'euros. Concession parce que la société chinoise pourra exploiter le port jusqu'en 2052.

Le géant chinois du transport maritime a déjà acheté deux terminaux du Pirée en 2008. Son objectif: le transformer en un immense centre de transit entre l'Asie et l'Europe.

Cette vente ouvre la voie à la privatisation d'autres ports grecs, selon les analystes.

Mi-décembre, Athènes a conclu la cession de 14 aéroports régionaux à l'opérateur allemand Fraport.

Ainsi, l'Etat grec montre sa bonne foi pour obtenir la poursuite du versement des aides de la Troïka.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.