Accéder au contenu principal
France

Carburant en France: le point sur la situation

Les automobilistes continuent de faire la queue devant les pompes à essence pour faire un plein, qui leur revient plus cher.
Les automobilistes continuent de faire la queue devant les pompes à essence pour faire un plein, qui leur revient plus cher. REUTERS/Benoit Tessier
Texte par : RFI Suivre
4 mn

En France, la grève contre la loi El Khomri s'est focalisée sur le secteur pétrolier, les transporteurs et les distributeurs. Le gouvernement a réuni ce samedi matin les représentants des secteurs des transports, du pétrole et des distributeurs touchés par les blocages pour faire le point sur la situation. La DGAC (Direction générale de l'aviation civile) a prié les compagnies aériennes opérant en France de faire le plein de Kérosène à l'étranger.

Publicité

Alors que les opposants à la loi Travail ont appelé à amplifier la mobilisation et que la peur de manquer de carburant inquiète les Français, le gouvernement s'est voulu calme et rassurant. Même si le conflit n'est pas encore terminé, la situation « s'améliore », a affirmé le ministre des Transports.

Les interventions pour débloquer les stocks de carburants vont se poursuivre si nécessaire, a insisté Alain Vidalies. Les forces de l'ordre ont levé les blocages de tous les dépôts de carburants, à l'exception d'un seul. Cela devrait permettre d'augmenter les capacités de livraison dans les stations-service, entre autres. Total aurait déjà triplé sa flotte de camions pour réapprovisionner son réseau. Les automobilistes continuent cependant de faire la queue devant les pompes à essence pour faire un plein, qui leur revient plus cher.

La DGAC demande aux compagnies aériennes de faire le plein à l'étranger

Mais les grèves qui se poursuivent dans les raffineries continuent de poser problème. C’est particulièrement le cas de celle qui affecte la Compagnie industrielle maritime (CIM) du Havre, qui fournit en carburant les aéroports d'Orly et de Roissy-Charles-de-Gaulle. Même si une source aéroportuaire indique que les aéroports parisiens disposent d'une semaine de stocks et n'ont pas à craindre une pénurie de carburant, la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a prié les compagnies aériennes opérant en France de faire le plein de kérosène à l'étranger afin d'assurer deux vols consécutifs. Une information que la DGAC n’a pas souhaité valider, mais que les services du Premier ministre ont confirmée.

La France a dû par ailleurs puiser dans ses réserves de produits pétroliers. Le volume des stocks est de 115 jours en moyenne. L'équivalent de trois jours a été utilisé.


L'exécutif se veut toujours inflexible

Face à la contestation de la Loi Travail menée par la CGT, le Premier ministre a affirmé sa volonté d’aller jusqu’au bout et de faire adopter le texte. François Hollande lui a apporté son soutien.

Dans Le Parisien, Manuel Valls a d’ailleurs justifié sa détermination : « je ne pense pas que le mouvement va s’amplifier ». Le Premier ministre parie donc sur l’essoufflement. Un pari risqué car avec l’Euro de football qui commence le 10 juin, et qui pourrait être perturbé par les grèves, le calendrier est serré et la CGT ne semble pas prête à céder.

Dans ce bras-de-fer, une cinquante de députés de gauche ont envoyé une lettre au chef de l’Etat pour lui demander d’agir en faveur d’une sortie de crise. Une sortie de crise que les Français attendent : une majorité d’entre eux estiment que le gouvernement devrait retirer la Loi Travail.

Le choix de l’inflexibilité pourrait être lourd de conséquence pour un exécutif déjà très impopulaire. Mais celui du recul aussi. Après le renoncement sur la déchéance de nationalité, la crédibilité et l’autorité de Manuel Valls et François Hollande seraient irrémédiablement compromises.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.