Accéder au contenu principal
Royaume-Uni/France

Brexit: quelles conséquences pour l'économie française?

Le bulletin de vote qui sera glissé dans l'urne par les électeurs : oui ou non au maintien au sein de l'UE (photo d'illustration) le 23 juin prochain.
Le bulletin de vote qui sera glissé dans l'urne par les électeurs : oui ou non au maintien au sein de l'UE (photo d'illustration) le 23 juin prochain. REUTERS/Russell Boyce
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En cas de Brexit la France sera inflexible avec le Royaume Uni. C'est Emmanuel Macron, le ministre français de l'Economie, qui le dit. Dans une longue interview confiée au quotidien «Le Monde» daté du dimanche 19 juin, il prévient que son pays sera intraitable lors du prochain Conseil européen du 28 juin. Et pour cause : la France aurait beaucoup à perdre si les Britanniques décidaient de quitter l'Europe.

Publicité

« On ne peut pas laisser quelque ambiguïté planer et trop de temps s'écouler », dit Emmanuel Macron. Si les Britanniques souhaitent conserver un accès aux marché européen, ils devront contribuer au budget commun, comme le font les Norvégiens ou les Suisses, estime-il. Et le ministre français de l'Economie d'ajouter qu'en cas de refus, « ce doit être une sortie totale ».

La France serait-elle intéressée à ce que les Britanniques claquent la porte ? En tant que place financière Paris pourrait essayer de tirer profit d'un éventuel Brexit. Mais Francfort semble beaucoup mieux placée pour cela, surtout depuis son rapprochement avec la Bourse de Londres.

Selon les spécialistes, l'économie nationale aurait d'ailleurs davantage à y perdre à commencer par les entreprises françaises, pour lesquelles le Royaume Uni est souvent l'un des plus grands marchés à l'exportation. L'agroalimentaire, la chimie ou encore les machines et les équipements risquent d'être les plus touchés. Notamment en raison d'un retour des droits de douanes. Au total, le Brexit pourrait coûter la France la perte de 0,4% de son PIB et 3,2 milliards d'euros.

→ à (re)lire : Steinmeier et Ayrault inquiets évoquent un «après Brexit»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.