France / Royaume-Uni

France: le projet de Hinkley Point «plus difficile» après le Brexit

Le ministre des Finances, Michel Sapin, a estimé mercredi que le projet était devenu «plus difficile» avec le Brexit, dans une émission diffusée par la BBC.
Le ministre des Finances, Michel Sapin, a estimé mercredi que le projet était devenu «plus difficile» avec le Brexit, dans une émission diffusée par la BBC. REUTERS/Eric Gaillard

Le projet français de centrale nucléaire à Hinkley Point sera « plus difficile » mais pas compromis après le Brexit, estime le ministre français des Finances Michel Sapin. Il y a deux jours le ministre de l'Economie Emmanuel Macron jugeait que le Brexit ne remettait pas en cause ce chantier de 21 milliards d'euros. Un coût devenu plus élevé pour les Britanniques.

Publicité

La chute de la livre sterling consécutive au Brexit va rendre le projet français plus coûteux que prévu pour les Britanniques, reconnaît Michel Sapin. Mais le ministre des Finances réaffirme au journaliste de la BBC que le Brexit ne change en rien la détermination du gouvernement français et d'EDF pour Hinkley Point.

« C’est un peu plus difficile, mais je le répète, ça ne remet pas en cause le choix qu’a fait à la fois EDF - et comme le gouvernement français est actionnaire à 80% d’ED  – ni le choix du gouvernement français. Mais il va falloir retrouver nos marques, il va falloir retrouver l’équilibre. Là encore, le Brexit a provoqué des vagues, il va falloir calmer les vagues », estime Michel Sapin.

Il faudra aussi calmer les vagues, sociales cette fois, au sein d'EDF. Les syndicats de l'électricien français contestent le projet d'Hinkley Point, ils craignent que cela ne plombe davantage les finances d'EDF, endetté de 37 milliards d'euros.

→ A (RE) ECOUTER : Aujourd'hui l'économie - Le projet de Hinkley Point soutenu par François Hollande

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail