Accéder au contenu principal
Royaume-Uni

Le Brexit affole le marché immobilier au Royaume-Uni

Canary Wharf, la place financière londonienne, le 1er juillet 2016.
Canary Wharf, la place financière londonienne, le 1er juillet 2016. REUTERS/Reinhard Krause
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Depuis le début de la semaine, six fonds financiers ont gelé leurs fonds immobiliers au Royaume-Uni face à l’afflux de demande de retraits d’investisseurs inquiétés par les effets du Brexit.

Publicité

Pour la seule journée de ce mercredi 6 juillet, trois firmes financières ont suspendu leurs fonds immobiliers au Royaume-Uni : Henderson Global Investors, Columbia Threadneedle et Canada Life.

En tout, depuis le début de la semaine, six groupes financiers gérant au total près de 15 milliards de livres d’actifs dans l’immobilier commercial ont pris cette mesure depuis le début de la semaine. Tous expliquent avoir pris cette décision pour « sauvegarder les intérêts des investisseurs ». Un tel phénomène n’avait pas été observé depuis la crise de 2008.

Craignant un retournement du marché immobilier britannique, en plein boom ces dernières années, les investisseurs ont été pris de panique ces derniers jours après le vote en faveur du Brexit. Face à une demande massive de retraits, les entreprises qui gèrent ces fonds de placement ont donc préféré geler leur activité plutôt que de devoir liquider dans la précipitation les propriétés immobilières qu’ils possèdent.

« Dans l’immobilier, quand on investit, on investit sur le long terme, et ces fonds ne sont pas des fonds liquides. On ne peut donc pas du jour au lendemain retirer l’ensemble de ces placements réalisés sur des fonds immobiliers, explique sur RFI Catherine Mathieu, économiste spécialiste du Royaume-Uni à l'OFCE, l'Observatoire français des conjonctures économiques. La question qui se pose aujourd’hui est de savoir si ce mouvement de demande de retrait de fonds va être restreint à quelques fonds dans l’immobilier ou si la panique va se mettre en place. »

L’affolement du marché immobilier n’est pas la seule conséquence du Brexit. La livre sterling en subit aussi les effets de plein fouet. La monnaie britannique s’est effondrée de près de 15 % par rapport au dollar et à l’euro depuis le référendum, atteignant son plus bas niveau depuis 31 ans face au billet vert. Cette chute est liée à l’incertitude des marchés sur les conséquences économiques du Brexit. Tant que l’issue des négociations entre le Royaume-Uni et l’Europe ne sera pas connue, cette incertitude persistera.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.