Accéder au contenu principal
Economie / Téléphonie

Samsung obligé de rappeler 2,5 millions de Galaxy Note 7

Le chef de l'activité mobile de Samsung, Koh Dong-jin, lors d'une conférence de presse le 2 septembre 2016.
Le chef de l'activité mobile de Samsung, Koh Dong-jin, lors d'une conférence de presse le 2 septembre 2016. REUTERS/Kim Hong-Ji
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Coup dur pour le géant coréen des appareils électroniques qui se voit obligé de rappeler 2,5 millions d'exemplaires de son nouveau modèle, le Galaxy Note 7, pour vérification. Depuis la fin du mois dernier, des utilisateurs de Samsung publient des photos de leur appareil carbonisé après avoir pris feu. En attendant, les ventes sont suspendues et le lancement de ce nouveau téléphone en Europe retardé.

Publicité

Samsung a définitivement raté le lancement de son nouveau smartphone haut de gamme. Après l'explosion des batteries de certains appareils, le géant sud-coréen de l'électronique a annoncé la suspension des ventes du Galaxy Note 7. Deux millions et demi d'appareils déjà vendus dans le monde, notamment aux États-Unis et en en Corée du Sud depuis son lancement le 19 août dernier, vont par ailleurs être rappelés pour vérification.

Depuis la fin du mois d'août, des utilisateurs publient sur les réseaux sociaux des photos et vidéos de Galaxy Note 7 dont l'écran apparaît totalement carbonisé. Ces internautes affirment que leur appareil a pris feu spontanément.

Concurrence avec Apple

L'arrivée de ce nouveau smartphone haut de gamme dans plusieurs pays européens, prévue pour septembre en France, est également reportée. Samsung, numéro un mondial du secteur, ne pouvait pas redouter pire situation pour son nouveau produit vedette, censé ravir la première place à son concurrent l'iPhone 7 de Apple.

Le souci provient des batteries fabriquées pour Samsung par plusieurs fournisseurs. Les ventes en Chine ne sont donc pas concernées, car le fournisseur de batteries n'y est pas le même qu'ailleurs dans le monde. Le chef de l'activité mobile à Samsung, Koh Dong-jin, a affirmé que le défaut touchait 24 appareils sur chaque million d'exemplaires vendus et qu'il faudrait deux semaines pour préparer le rappel.

La réputation de Samsung est ici en jeu alors que l'entreprise, plus gros groupe sud-coréen par sa capitalisation boursière, enregistrait jusqu'ici de très bons résultats de vente de ses téléphones haut de gamme, tels que le Galaxy S7 et le S7 Edge.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.