Accéder au contenu principal
France/Australie

L'Australie et la France signent le contrat de sous-marins DCNS

Un sous-marin « shortfin barracuda Block 1A », conçu par le constructeur français DCNS.
Un sous-marin « shortfin barracuda Block 1A », conçu par le constructeur français DCNS. Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La France et l'Australie ont signé ce mardi 20 décembre à Adelaïde l'accord intergouvernemental scellant le contrat pour la construction par le français DCNS de 12 sous-marins pour la marine australienne. Un contrat hors-norme estimé à 34 milliards et s'étendant sur un partenariat de près de 50 ans.

Publicité

C'est l'aboutissement de huit mois de discussions depuis l'ouverture des négociations exclusives avec DCNS. Le Français avait été préféré à ses rivaux allemands et japonais.

DCNS sera en charge du design, de la conception, de la maintenance et la formation des personnels. Ces 12 sous-marins, livrables à l'horizon 2030 sont des « shortfins barracudas ». Des dérivés de la nouvelle génération de sous-marins nucléaires barracuda, non encore construits puisque le premier exemplaire sera livré en 2019 à la marine française.

Les shortsfins sont destinés à remplacer les sous-marins conventionnels de type Collins, mis en service dans les années 1990 et qui ne doivent plus en théorie être utilisés après 2026. Les premiers travaux viennent de commencer chez DCNS à Cherbourg dans le nord-ouest de la France.

Seule la conception sera réalisée en France. La construction, elle, se fera à Adelaïde dans le sud de l'Australie. Un bâtiment DCNS-Australia y sera inauguré. 250 à 300 ingénieurs superviseront à terme la construction des sous-marins. En France, ce contrat devrait permettre de pérenniser entre 3 et 4000 emplois chez DCNS et ses sous-traitants.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.