Accéder au contenu principal
Economie

Les actes de piraterie maritime chutent, les enlèvements en mer explosent

Photo non datée publiée le 29 avril 2012 par les gardes côtes des Philippines (PCG) montrant une péniche malaisienne abandonnée qui aurait été attaquée par des pirates, près des récifs de Tubbatahha sur la mer de Sulu.
Photo non datée publiée le 29 avril 2012 par les gardes côtes des Philippines (PCG) montrant une péniche malaisienne abandonnée qui aurait été attaquée par des pirates, près des récifs de Tubbatahha sur la mer de Sulu. AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les enlèvements en mer ont atteint en 2016 leur plus haut niveau depuis dix ans. C'est en Asie dans les eaux séparant le sud des Philippines et la Malaisie que l'on note le plus d'attaques, suivies de séquestrations de marins. La piraterie toutefois a chuté au large de la Somalie, avec seulement deux navires attaqués sans succès l'an dernier, mais reste importante en Afrique de l'Ouest dans le golfe de Guinée particulièrement, assure le Bureau maritime international (BMI) basé à Kuala Lumpur en Malaisie.

Publicité

Premier constat du Bureau maritime international, les actes de piraterie sont en baisse. 191 attaques répertoriées en 2016 contre 246 l'année précédente. En revanche, les objectifs des pirates changent. Il ne s'agit plus seulement de s'emparer du navire et de sa cargaison, mais surtout de prendre en otage les équipages, pour récupérer des rançons, une technique devenue courante dans la mer de Sulu. Les eaux qui séparent le sud de Philippines et la Malaisie, sont devenues les plus dangereuses au monde. C'est la zone de chasse de groupes de pirates qui seraient liés au mouvement islamiste Abou Sayyaf.

Soixante-deux personnes ont été enlevées en mer en 2016 contre dix-neuf en 2015. Ces enlèvements ont eu lieu pour moitié en Asie, et en Afrique de l'Ouest, mais les prises d'otages dans le golfe de Guinée sont généralement résolues beaucoup plus vite que celles qui surviennent en Asie ou les équipages sont parfois déténus durant des mois.

Enfin le Pérou qui n'avait constaté aucun incident en 2015 a enregistré 11 actes de pirateries l'an passé dont 10 dans le principal port du pays, à Callao dans la banlieue de Lima.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.