Chine/Economie

La croissance chinoise n'a jamais été aussi faible depuis 1990

En 2016, la croissance économique chinoise est descendue à son plus faible niveau depuis 26 ans.
En 2016, la croissance économique chinoise est descendue à son plus faible niveau depuis 26 ans. REUTERS/Petar Kujundzic/Files

La croissance chinoise en 2016 a atteint 6,7%, le rythme le plus faible depuis 26 ans, la faute à la production industrielle qui ralentit. Les autorités chinoises tentent d’enrayer le processus en augmentant la dépense publique, non sans risque, et en rééquilibrant l’économie en faveur du secteur des services.

Publicité

Après une croissance de 6,9% en 2015 qui constituait déjà un recul sur les années précédentes, la Chine enregistre une piètre performance de 6,7% en 2016 et les prévisions tablent sur une progression du PIB de 6,5% cette année. La cause en est l’essoufflement de la production industrielle qui n’a progressé que de 6% l’an dernier alors qu’elle augmentait encore de 10% en 2015. En effet, une demande mondiale en deçà des espérances et le renchérissement de la main d’œuvre chinoise ont entraîné un recul sensible des exportations, moins 7,7% l’an dernier, alors qu’elles constituent encore un pilier de l’économie chinoise.

Pour enrayer ce processus les autorités chinoises ont massivement libéralisé le crédit et augmenté les dépenses publiques, notamment dans les infrastructures. Mais cela gonfle la dette qui, tout compris dette publique et dette privée, dépasse désormais 260% du PIB. La consommation des ménages, un des axes du gouvernement pour prendre le relais des exportations en recul, est bien au rendez-vous. En décembre les ventes au détail avaient progressé de près de 11% par rapport à décembre 2015, un chiffre meilleur que prévu et de nature à soutenir effectivement la croissance. L’économie chinoise est également en cours de rééquilibrage et les services ont représenté 51,6% du PIB en 2016, dépassant pour la deuxième année la production industrielle. Mais cette réorientation de l’économie de « l’usine du monde » ne se fait pas sans mal.

Nouveau recul prévu en 2017

Pour 2017 les prévisions de croissance sont encore en recul à 6,5%, mais l’outil de relance que constitue le crédit facile atteint quelque peu ses limites. Les risques de créances douteuses et de bulle immobilière incitent à la prudence et les autorités vont devoir choisir entre la réduction des risques financiers et la relance à tout-va. D’autant plus que la Chine est confrontée à une fuite des capitaux évaluée à 730 milliards de dollars en 2016.

Deux facteurs cependant peuvent jouer en faveur de la Chine : la faiblesse du yuan qui rétablit la compétitivité-prix et l’arrivée à la Maison Blanche de Donald Trump. Celui-ci s’est donné pour programme la relance de l’économie américaine ce qui pourrait entraîner par contrecoup celle de l’économie chinoise. Ce serait également une bonne nouvelle pour l’économie mondiale, sachant que la Chine représente, à elle seule, 30% de la croissance planétaire.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail