Echanges

Accord UE-Canada: un samedi de protestation européenne contre le Ceta

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau (G) et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker (D) au Conseil européen, le 30 octobre 2016, peu avant la signature de l'accord de libre-échange UE-Canada.
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau (G) et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker (D) au Conseil européen, le 30 octobre 2016, peu avant la signature de l'accord de libre-échange UE-Canada. REUTERS/Eric Vidal

Un ensemble d'associations et de syndicats ont appelé samedi 21 janvier à une journée européenne de manifestations contre l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, le Ceta. Les opposants à la libéralisation des échanges entre ces deux entités ne désarment pas.

Publicité

Plus de 50 actions (manifestations, rassemblements, tractages, etc.) étaient prévues à travers la France et une centaine à l'échelle européenne (Belgique, Grande-Bretagne, Allemagne, Espagne, Irlande, Italie...), à l'appel du collectif « Stop Ceta-Tafta » qui regroupe en France près de 80 organisations, partis politiques et syndicats.

Signé le 30 octobre, le traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada devrait être ratifié en février par le Parlement européen avant de passer devant les trente-huit parlements nationaux et régionaux.

Les opposants au Ceta affirment qu'en dépit des déclarations apaisantes visant à calmer les détracteurs, le traité qui va être soumis au Parlement européen demeure une tromperie. Selon eux, par des mesures de libéralisation tous azimuts il contrevient aux droits des travailleurs, il met en danger l'environnement, il fait prévaloir la protection des investisseurs sur toute autre considération et il fragilise les services publics. Ils dénoncent le tribunal chargé de statuer sur les litiges entre les Etats et les investisseurs et, globalement, l'effacement des normes et protections de toutes sortes devant la réduction des barrières douanières et la multiplication des échanges.

Les manifestants qui s'opposent, pour les mêmes rasions, au traité en cours de négociation avec les Etats-Unis ont reçu un soutien de poids en Donald Trump. Le président américain est lui-même opposé à ce traité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail