Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Au G20 Finances, les Etats-Unis mettent leur grain de sable

Le secrétaire au Trésor américain Steve Mnuchin lors de sa conférence de presse à Baden-Baden, en Allemagne, le 18 mars 2017.
Le secrétaire au Trésor américain Steve Mnuchin lors de sa conférence de presse à Baden-Baden, en Allemagne, le 18 mars 2017. REUTERS/Kai Pfaffenbach
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le G20 des ministres des Finances s'est terminé samedi 18 mars sur une déclaration pour le moins édulcorée : aucune condamnation du protectionnisme, pas de soutien à l'accord de Paris sur le climat. Au terme de deux jours de réunions à Baden-Baden, en Allemagne, c'est donc la position américaine qui l'a emporté.

Publicité

« Nous travaillons à renforcer la contribution du commerce à nos économies. » La phrase est laconique, presque insipide. Rien à voir en tout cas avec les déclarations habituelles du G20 qui mentionnaient le réchauffement climatique, l'an dernier et surtout défendaient depuis dix ans le libre-échange.

Des formulations qui n'étaient pas « pertinentes » a insisté à l'issue du sommet le nouveau secrétaire au Trésor américain qui en profité pour redire que son pays envisageait de renégocier les accords de l'Organisation mondiale du commerce.

Les positions climato-sceptiques et protectionnistes de Donald Trump se sont donc imposées cette fois-ci, mais cette fois-ci seulement, a prévenu le ministre français des Finances, Michel Sapin, qui a souligné que les Etats-Unis étaient seuls face aux autres pays. Seuls mais inflexibles.

Ces deux questions sensibles seront à nouveau discutées lors du G20 de Hambourg, en juillet prochain. Ce sera alors aux chefs d'Etat et de gouvernement de trouver un compromis ou d'entériner la rupture avec les Etats-Unis.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.