Accéder au contenu principal
Mode / Santé

Les géants du luxe français veulent interdire les top models squelettiques

Des mannequins défilent pour Christian Dior (image d'illustration).
Des mannequins défilent pour Christian Dior (image d'illustration). FRANCOIS GUILLOT / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

C'en est peut-être fini des mannequins squelettiques. Et ce sont les géants français du luxe, Kering et LVMH qui s'y engagent. Ils représentent des grandes marques de mode comme Gucci, Saint-Laurent, Vuitton ou encore Dior. Ils ont adopté une « charte sur les relations de travail et de bien-être des mannequins ». Elle oblige, entre autres, une femme à faire au moins une taille 34 et être âgée d'au minimum 16 ans. Cet engagement intervient alors que s'ouvrent jeudi 7 septembre les défilés de mode de New-York.

Publicité

« Nous voulions aller vite et frapper fort pour que les choses bougent vraiment et pour inciter les autres acteurs de la profession à nous suivre », a déclaré François Pinault, le patron de Kering.

Kering représente près de 20 marques de luxe et 40 000 collaborateurs dans le monde. Cela fait des années que les abus existent dans le métier de la mode : des femmes trop maigres, des jeunes adolescentes sous alimentées, exposées trop tôt à la nudité, et à des conditions de travail pénibles.

« Il y a eu des abus »

« Il y a eu des abus » a reconnu Antoine Arnaud, le fils du PDG de LVMH. Kering et LVMH, le numéro un du CAC 40, s'engagent désormais à ne travailler qu'avec des mannequins en possession d'un certificat médical d'au moins six mois avant la séance photo ou le défilé de mode.

Les tailles 32 pour les femmes et 42 pour les hommes sont désormais proscrites. De plus, les mannequins adultes devront avoir au moins 16 ans. Leur intimité sera mieux protégée. Elles auront aussi accès à une nourriture adaptée aux leurs besoins alimentaires.

Cette charte est applicable sur le champ et dans le monde entier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.