Royaume-Uni

Brexit: hémorragie d'emplois en perspective, selon une étude

Le principal quartier d'affaires de Londres, la City. Royaume-Uni, juin 2016.
Le principal quartier d'affaires de Londres, la City. Royaume-Uni, juin 2016. LEON NEAL / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Une étude de l'agence Reuters estime à 10 000 le nombre d'emplois qui pourraient quitter Londres une fois le Brexit achevé, alors que près d'un million de personnes travaillent dans le secteur de la finance au Royaume-Uni.

Publicité

Les études sur les conséquences du Brexit ne sont pas rassurantes et celle publiée ce lundi 18 septembre par l'agence Reuters ne fait pas exception. Selon ce sondage, quelque 10 000 emplois pourraient être amenés à quitter Londres ou bien être à être créés outre-Manche, à Francfort ou à Paris, quand le Royaume-Uni aura quitté le marché européen.

Cette étude a été menée auprès de 158 grandes entreprises et acteurs internationaux implantés en Grande-Bretagne, que ce soit des banques d'assurances ou des fonds d'investissement, entre le 21 août et le 15 septembre dernier.

Transition en douceur

Ce sondage reflète les dispositions prises par les entreprises pour faire face au Brexit. Des plans ont été transmis à la Banque d'Angleterre courant juillet. Près de la moitié des entreprises interrogées affirme que le Brexit aura des effets sur l'emploi.

Dans le même temps, les négociations des deux côtés de la Manche patinent et inquiètent. Les patrons de plus d'une centaine d'entreprises ont écrit le week-end dernier une lettre aux négociateurs de Bruxelles et de Londres pour demander une période de transition de trois ans pour éviter un basculement trop brutal.

Cela ne serait bon ni pour les Britanniques ni pour les Européens. Selon Reuters, en effet, plus d'un million de personnes travaillent dans la finance en Grande-Bretagne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail