Accéder au contenu principal
France / Emmanuel Macron

De retour à Whirlpool à Amiens, Macron se félicite d'un dialogue social réussi

Le président Macron (c) a déambulé dans les chaînes de montage de l'usine Whirlpool où il a parlé avec les salariés. Amiens, le 3 octobre 2017.
Le président Macron (c) a déambulé dans les chaînes de montage de l'usine Whirlpool où il a parlé avec les salariés. Amiens, le 3 octobre 2017. REUTERS/Philippe Wojazer
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Son déplacement mouvementé sur le site de l'usine Whirlpool d'Amiens, menacée de fermeture, avait été l'un des temps forts de l'entre-deux-tours de la présidentielle, Emmanuel Macron, comme il l'avait promis est revenu ce mardi matin 3 octobre sur les lieux. Entre-temps, l'usine Whirlpool a été sauvée. Un accord de reprise a été signé le 12 septembre avec l’entreprise de l’industriel picard Nicolas Decayeux, qui doit permettre de préserver 277 postes sur les 290. Le chef de l'Etat s'est félicité d'un dialogue social qui a fonctionné.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Amiens,  Pauline Gleize

L’accueil devant l’usine a été plutôt classique, plutôt protocolaire loin donc de l’ambiance tendue du mois d’avril. A l’intérieur lors de sa déambulation dans les chaînes de montage, Emmanuel Macron a néanmoins été interpellé par des intérimaires inquiets de leur sort.

Car si un repreneur a été trouvé pour le site de Whirlpool, il n'y a toujours pas de solution pour les emplois intérimaires. Interpellé également à ce sujet par le député France insoumise (LFI) François Ruffin, Emmanuel Macron a haussé le ton assurant ne pas vouloir « faire capoter le plan social et le projet actuel ».

Le site de Whirlpool a trouvé un repreneur quelques mois après le début du mandat d’Emmanuel Macron. Mais peut-on lui en attribuer le mérite ? Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France qui s’est joint brièvement à la visite a préféré saluer l’implication du repreneur local et celle du gouvernement précédent.

Pendant des années, on a bien taxé dans notre pays les gens qui réussissaient, puis on a bien rigidifié les choses sur le marché du travail, et on a fait quoi? Des bons plans sociaux avec beaucoup d'intérimaires à côté. Moi je ne veux pas de ça pour mon pays

[Reportage] La séquence sociale d'Emmanuel Macron

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.