Accéder au contenu principal
France / Immigration

L’OCDE publie un rapport sur le recrutement des travailleurs immigrés en France

La France doit «moderniser et améliorer» son organisation de l'immigration professionnelle, estime l'OCDE.
La France doit «moderniser et améliorer» son organisation de l'immigration professionnelle, estime l'OCDE. OCDE
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L'OCDE, l'Organisation de coopération et de développement économique, vient de publier, lundi 20 novembre, un rapport sur le recrutement des travailleurs immigrés en France. L'étude révèle que l'immigration professionnelle des non-Européens est faible. Elle représentait 16% des titres de séjours délivrés en 2016. C'est deux fois moins que l'immigration familiale et pratiquement quatre fois moins que le pourcentage d'Européens venant travailler en France. Pourtant, selon le rapport, les entreprises françaises ont des besoins et souhaiteraient embaucher des travailleurs étrangers, mais la lourdeur administrative, la complexité des procédures et l'aspect aléatoire des autorisations les dissuadent.

Publicité

Dans son rapport long de 340 pages, l'OCDE pointe une gestion archaïque de l'immigration  professionnelle. Jean-Christophe Dumont, responsable migration de l’OCDE, souligne l'obsolescence de la liste des métiers « en tension ». Créée en 2008, avant la crise, elle n'a jamais été mise à jour.

« Parmi les 30 métiers qui composent cette liste, il n’y en a plus que 5 sur les 30 qui sont encore " en tension ". Cet outil-là particulièrement ne semble plus adapté pour répondre au besoin de main-d’œuvre en France au travers de l’immigration de ressortissants de pays tiers », dit-il.  

La France se défend mieux quand il s'agit d'attirer les étudiants étrangers. L'hexagone se classe au 4e rang mondial et au premier des pays non francophones. Grâce à son passeport Talent qui favorise les plus diplômés, la France est également en tête pour attirer les chercheurs.

En revanche, c'est beaucoup plus compliqué pour les moins qualifiés. « Pour les travailleurs temporaires, saisonniers, salariés qui relèvent encore du régime général, le système est effectivement complexe. Il implique de nombreux acteurs qui sont peu coordonnés entre eux et donc il y a peu de visibilité pour les employeurs. On peut imaginer que les voies légales ne sont pas toujours pleinement utilisées pour répondre au besoin de main-d’œuvre en France », explique Jean-Christophe Dumont.

En résumé, l'OCDE appelle la France à réformer, moderniser, harmoniser et informatiser ses outils de pilotage de l'immigration professionnelle.

à (re) lire : L'OCDE soutient les réformes initiées par Emmanuel Macron

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.