Economie

La Commission européenne autorise le rachat controversé de Monsanto par Bayer

Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence, annonce l'autorisation du rachat de Monsanto par Bayer, à Bruxelles, le 21 mars 2018.
Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence, annonce l'autorisation du rachat de Monsanto par Bayer, à Bruxelles, le 21 mars 2018. REUTERS/Francois Lenoir

La Commission européenne a autorisé le rachat de Monsanto, spécialiste des OGM, par Bayer, le géant allemand de la chimie. Un accord sous conditions : Bayer devra notamment se séparer d'une partie de ses activités pour être en conformité avec les règles de la concurrence au sein de l’Union européenne.

Publicité

Bayer étant bien décidé à s'offrir Monsanto, la Commission européenne a pu lui arracher plusieurs concessions. Dès le mois d'octobre 2017, l'allemand annonçait être prêt à céder pour 6 milliards d'euros d'activités agrochimiques à son compatriote BASF. Entreprise qui, début mars, a affiché son intention de racheter à Bayer l'ensemble de son activité de semences de légumes.

Quelles que soient les conditions imposées, l’essentiel est là pour Bayer. L'autorisation de Bruxelles représente une victoire certaine le groupe allemand, qui a déjà reçu l'approbation de plus de la moitié des 30 autorités de régulation à travers le monde, y compris en Chine.

Les Etats-Unis, en revanche, rechignent encore à donner leur feu-vert. Des discussions avec l'administration américaine sont en cours, mais ne devraient pas aboutir avant plusieurs mois.

Les écologistes inquiets

Cette union de Bayer et Monsanto ravive l'inquiétude des défenseurs de l'environnement. Elle témoigne d'une vague de concentration dans l'agrochimie où, poussées par la baisse de leurs marges, les entreprises s'unissent. Selon les écologistes, un monopole est en train de se créer allant du champ au consommateur. Et même au-delà, à travers les médicaments produits par un même fabricant.

Michèle Rivasi, députée européenne Europe écologie les verts, se déclare ainsi « très déçue par cette fusion, parce que ça hypothèque complètement la liberté qu’auront les agriculteurs par rapport à l’achat des semences, par rapport à l’utilisation à la fois des entrants, des pesticides et même des médicaments ».

L'ex-directrice de Greenpeace dénonce la création d'un « énorme monopole », ce qu'elle juge « dramatique, parce que d’énormes structures comme Monsanto et Bayer vont tout maîtriser », notamment « la façon dont on va cultiver ». Elle craint que cette « structure énorme » favorise un peu plus l'agriculture intensive, « entre les OGM et les pesticides », au détriment d'autres types d'agriculture, plus respectueuses de l'environnement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail