Accéder au contenu principal
Union européenne

Un sommet de l’UE très chargé s'ouvre ce jeudi à Bruxelles

Le président du Conseil européen Donald Tusk, le 27 février dernier à Bruxelles.
Le président du Conseil européen Donald Tusk, le 27 février dernier à Bruxelles. REUTERS/Yves Herman
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Un ordre du jour très riche s'annonce pour le sommet européen qui se déroule jeudi 22 et vendredi 23 mars à Bruxelles, avec au menu le Brexit, la réforme de la zone euro voulue par le président français Emmanuel Macron et aussi des débats sur la réforme de la politique commerciale de l'Union européenne.

Publicité

Se protéger contre la politique de dumping de certains pays extérieurs à l'Union européenne, appliquer désormais les standards sociaux et environnementaux dans les échanges commerciaux, et envisager un contrôle des investissements étrangers dans les secteurs stratégiques, toutes ces questions seront sur la table à Bruxelles.

Le débat prendra un relief particulier dans le contexte des taxes sur l'acier et l'aluminium que les Etats-Unis s'apprêtent à imposer à la Chine et qui pourraient frapper aussi les exportations de pays européens.

Autre question délicate : la Commission européenne vient de lancer une offensive pour taxer les géants du numérique, Google, Apple, Facebook et Amazon, regroupés sous l'appellation GAFA.

Par ailleurs, le président français Emmanuel Macron tentera de convaincre ses partenaires réunis à Bruxelles de l'intérêt de réformer la zone euro, et il aura fort à faire devant les réticences de certains pays comme les Pays-Bas, avant d'arriver à une feuille de route, probablement pas avant le prochain sommet européen, au mois de juin prochain.

Il sera question également du Brexit, car il faudra bien un accord en bonne et due forme pour le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne après l'accord de principe trouvé en décembre dernier, et la question de la frontière entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord n'a pas vraiment été résolue.


■ Acier et aluminium : un compromis est-il possible ?

L'acier sera donc au menu de ce sommet européen alors que la commissaire européenne au commerce, Cecilia Malmström, est en ce moment à Washington pour tenter d'infléchir la position américaine et faire en sorte que l'UE soit exemptée des taxes sur l'acier annoncé par le président américain. Une solution est-elle en vue ou l'Union va-t-elle devoir entrer dans une guerre commerciale ?

Avec notre correspondante Bruxelles,  Laxmi Lota

La France réclame une exemption des taxes américaines « sans condition », l'Allemagne parle de « compromis possible ». Pour Yannick Jadot, eurodéputé Verts, si l'acier échappe aux taxations aujourd'hui, un autre secteur sera concerné demain : les guerres commerciales sont là et l'Union européenne doit se défendre.

« Il y a une volonté visiblement de Donald Trump de bousculer le système commercial international au seul bénéfice des Etats-Unis, ou en tout cas au seul bénéfice politique de Donald Trump, souligne l’eurodéputé. Et donc il ne faut pas être naïf, il faut savoir protéger nos industries. Ça veut dire que l’Union européenne doit développer une diplomatie commerciale commune. L’Union européenne apparait très unie sur ce dossier-là, c’est une bonne nouvelle parce qu'à la fin sinon on est tous perdants ».

L'UE a déjà préparé une liste de produits qui pourront à leur tour être visés par des taxes si les Etats-Unis ne changent pas d'avis. Les droits de douane américains doivent entrer en vigueur ce vendredi.

La commissaire européenne au Commerce annonce que des discussions ont été lancées avec l'administration Trump pour obtenir « des résultats mutuellement acceptables le plus rapidement possible ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.