Accéder au contenu principal
France / Economie

Le déficit public français, sous la barre des 3%

Le siège de l'INSEE, l'Institut national des statistiques, à Paris.
Le siège de l'INSEE, l'Institut national des statistiques, à Paris. THOMAS SAMSON / AFP
Texte par : Altin Lazaj
4 mn

Bonne nouvelle pour l’économie française. Le déficit français passe enfin sous la barre des 3%, la norme exigé par l’Union européenne. Une première depuis 2007.

Publicité

Le déficit public de la France s’est établit à 2,6% du produit intérieur brut à la fin de 2017, selon l’INSEE, l’Institut national des statistiques. C’est une première depuis la crise financière mondiale. La France se trouve donc dans les normes européennes et sort de la procédure disciplinaire pour déficit excessif, engagée depuis 2009. De quoi réjouir l’exécutif qui avait anticipé un déficit de 2,9%.

Le gouvernement en a profité ce matin pour mettre en avant sa politique budgétaire. Pour le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, ce bon résultat s’explique par la solide croissance du PIB, 2% l’an dernier, ce qui augmente automatiquement les rentrées fiscales notamment de la TVA. Il vante également les mesures en faveur de la réduction de quelques dépenses publiques comme par exemple la réduction des aides au logement et la baisse du nombre d’emplois aidés. En effet, le budget de l’Etat s’est réduit de 1,3 milliard d’euros l’an dernier et les dépenses de la Sécurité sociale ont été réduites de 2,6 milliards d’euros. Mais les collectivités locales ont augmenté leurs dépenses, en raison notamment d'une reprise de leurs l’investissement.

La dette publique en hausse

La dette publique, conséquence de l’accumulation des déficits publics année après année, continue de grimper. Elle a atteint 97% du PIB l’an dernier, soit un peu plus de  2 218 milliards d’euros. La cause ; la hausse des dépenses publiques dans leur globalité. Elles ont augmenté de 2,5% en 2017 par rapport à 2016. Pour le gouvernement, sa réduction est devenue maintenant une priorité. Donc, ramener le déficit public à 2,6% c’est bien, mais il faut le réduire encore, car tant qu’il y a déficit il y a nécessité de combler le trou par la dette. Rappelons que la moyenne du déficit public dans la zone euro est de 0,9%, donc la France en est encore très loin.

Le quinquennat précédent a une part de mérite

Selon plusieurs économistes, c’est surtout en matière de croissance et de baisse du chômage que le quinquennat précédent a sa part de mérite. Au lieu de coûter en assurance chômage, ceux qui retrouvent un emploi cotisent à la Sécurité sociale et payent des impôts. Ces économistes estiment que les mesures favorables aux entreprises de François Hollande en 2014-2015 ont porté leurs fruits. Par exemple, les avantages fiscaux liés au crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi et le pacte de responsabilité destiné à redresser leur compétitivité. Donc, on ne peut pas attribuer la totalité de la baisse du déficit public à la politique d'Emmanuel Macron.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.