Accéder au contenu principal
France

France: après la grêle, les viticulteurs du Bordelais s'organisent

Les épisodes de grêle en France ont ravagé les vignes du Sud-Ouest. Comme ici, à Cognac, le 26 mai 2018.
Les épisodes de grêle en France ont ravagé les vignes du Sud-Ouest. Comme ici, à Cognac, le 26 mai 2018. GEORGES GOBET / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La filière viticole française s'organise après les récents épisodes de grêle qui ont dévasté il y a quelques jours une partie du vignoble bordelais et celui de Cognac. Lors d'une réunion ce mercredi 6 juin avec le préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, les services de l'Etat et les banques, l'interprofession a tenté de dresser un premier bilan. Et pour certains, il est alarmant.

Publicité

Les vignerons bordelais se souviendront longtemps de ce nouveau coup dur pour leur profession. « On est entre 7 000 et 7 300 hectares de vignes touchés, et avec environ 3 500 hectares touchés à 80 % », rapporte Christophe Château, directeur de la communication au Conseil interprofessionel du vin de Bordeaux (CIVB).

La filière s'organise. Mais seulement 30 à 40 % des viticulteurs sont assurés contre la grêle. Les autres auront du mal à couvrir leurs pertes. « Le dommage climatique n'entre pas dans le cadre des calamités agricoles, car c'est un risque assurable. On va donc mettre en place les outils pour inciter très fortement les agriculteurs à s'assurer, parce que les aléas climatiques sont de plus en plus fréquents », pointe Christophe Château.

Le CIVB demande à l'Etat de pouvoir compenser d'éventuelles pertes de production par ce qu'on appelle « un volume complémentaire individuel », du vin mis en réserve lors d'années généreuses et utilisé par le viticulteur lors d'années plus maigres. Mise en place il y a sept ans à Bordeaux, cette mesure a été utilisée plusieurs fois avec succès. Il faudra sans doute la renouveler cette année.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.