Accéder au contenu principal
France / Football

Mondial 2018: les Bleus, poule aux œufs d'or du football français

Un Mondial réussi pour les Bleus serait bénéfique pour la Fédération et l'ensemble du football français.
Un Mondial réussi pour les Bleus serait bénéfique pour la Fédération et l'ensemble du football français. FRANCK FIFE / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'équipe de France de football entre en lice ce samedi 16 juin dans le Mondial face à l'Australie. Les Bleus sont attendus aussi sur le terrain économique. De leurs bons résultats durant la compétition découlent des profits pour la Fédération. Après des années difficiles, elle veut attirer de nouveaux pratiquants et les sponsors.

Publicité

Après le fiasco de Knysna en 2010, la grève des Bleus en Afrique du Sud et le fameux épisode du bus, les partenaires de la Fédération française de football (FFF) avaient demandé des comptes. Et même obtenu des dédommagements. Les comptes de la FFF étaient dans le rouge. Un système de bonus-malus avait été mis en place, en fonction de la cote d'amour des Bleus tombés en disgrâce.

Huit ans plus tard, les temps ont changé. Les finances sont au beau fixe. Tous les sponsors ont resigné jusqu'en 2023 : Crédit Agricole, PMU, Volkswagen, Orange, EDF et surtout Nike. L'équipementier offre plus de 50 millions d'euros par an. D'après Noël Le Graët, président de la Fédération, le maillot des Bleus frappé de la virgule est le plus vendu au monde, devant même celui du Brésil.

De fait, les audiences télé sont excellentes. Sept millions de personnes étaient devant leur poste pour l'amicale face à l'Italie. Bien davantage sans doute pour France-Australie. Un parcours jusqu'en demi-finales, l'objectif assumé, est à ce titre décisif.

Et quand les pros vont bien, tout le football français doit en profiter. Après des critiques venues des amateurs, la Fédération annonce une hausse des moyens pour les quelque 2,2 millions de licenciés. Beaucoup avaient déserté après 2010. Un Mondial réussi aurait à coup sûr un effet d'entraînement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.