Accéder au contenu principal
Inde / Questions sociales

Inde: des centaines de milliers d'ouvriers du thé en grève

En Inde, les plantations de thé font régulièrement les gros titres de la presse en raison des conflits salariaux et des mauvaises conditions du travail (Image d'illustration).
En Inde, les plantations de thé font régulièrement les gros titres de la presse en raison des conflits salariaux et des mauvaises conditions du travail (Image d'illustration). REUTERS/Jayanta Dey
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Inde, en pleine récolte, plusieurs centaines de milliers d'ouvriers des plantations de thé ont cessé le travail dans l'est du pays. Ils demandent une augmentation de moins d'un euro par jour.

Publicité

Les cueilleurs de thé de l'Etat du Bengale n'ont pas obtenu ce qu'ils réclamaient : de 30 à 80 roupies d'augmentation du salaire quotidien, soit 40 cents à 1 € de plus par jour, sur un salaire journalier qui ne dépasse pas 2 € aujourd'hui.

C'est ce qui a convaincu le Forum conjoint des syndicats des ouvriers du thé à lancer une grève de trois jours. Et elle est très suivie : de 300 à 400 000 employés des plantations ont cessé la cueillette.

Or on est en plein pic de récolte, dans le deuxième Etat le plus important pour la production de thé en Inde, elle-même deuxième producteur mondial derrière la Chine. Une grève, même courte, pourrait faire très mal à l'industrie.

Les ouvriers des plantations de Darjeeling, le thé le plus rémunérateur pour l'Inde à l'étranger, ont été cependant dispensés de faire grève par les syndicats, il faut dire qu'ils ont eux-mêmes cessé de travailler pendant plus de 100 jours l'an dernier, pour des raisons tout autres. L'Etat du Bengale voulait imposer le bengali à l'école alors que la population parle le népalais, ce qui avait provoqué dans la région de Darjeeling de graves affrontements avec la police.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.