Croissance mondiale

Prévisions de croissance de la Cnuced: un optimisme mesuré

Conséquence du réchauffement climatique au Sénégal : des maisons ont été abandonnées en raison de la montée de la mer.
Conséquence du réchauffement climatique au Sénégal : des maisons ont été abandonnées en raison de la montée de la mer. AFP PHOTO / SEYLLOU

La Cnuced – la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement – vient de rendre ses prévisions de croissance économique pour 2019-2020. Côté face, une croissance mondiale de 3% en moyenne. Côté pile, les conséquences potentiellement désastreuses de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, le Brexit ou encore le changement climatique.

Publicité

Avec notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche

Peut-on encore parler de prévisions économiques quand autant de risques pèsent sur la croissance mondiale ? Sur le papier, les résultats sont plutôt bons . 6,3% de croissance en Chine. 2 à 2,5% aux États-Unis. 2% en Europe.

Sauf que les indicateurs économiques ne disent pas tout, explique Richard Kozul-Wright, économiste à la Cnuced : « Il y a eu un net ralentissement en Europe. Des inquiétudes à propos du système bancaire en Italie, du Brexit aussi. Les économies émergentes ont de sérieux problèmes de dette. Nous avons échoué à régler les conséquences d'une économie mondiale hyper-financiarisée. Cette période n'a rien de normal d'un point de vue économique. C'est donc très compliqué de faire des prévisions. »

Le risque numéro un, c'est peut-être le conflit économique entre la Chine et les Etats-Unis. Mais un autre risque majeur est pointé du doigt par les Nations unies : le réchauffement climatique. Ce sont pour l'instant les pays les plus pauvres qui en payent le prix. Les conséquences des émissions de gaz à effet de serre doivent impérativement être prises en compte dans les politiques économiques, selon l'ONU.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail