Japon / France

Renault-Nissan-Mitsubishi: conférence de presse des dirigeants mardi à Yokohama

La conférence de presse se tiendra mardi au siège de Nissan à Yokohama (banlieue de Tokyo).
La conférence de presse se tiendra mardi au siège de Nissan à Yokohama (banlieue de Tokyo). REUTERS/Kim Kyung-hoon

L’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi tente de tourner la page de l’épisode Carlos Ghosn. Fragilisés depuis l’arrestation de leur ex-patron, les trois groupes devraient annoncer ce mardi la création d’une nouvelle structure pour diriger leur alliance lors d'une conférence de presse organisée au siège de Nissan à Yokohama, dans la banlieue de Tokyo.

Publicité

C'est la première conférence de presse commune des trois groupes depuis l'arrestation de Carlos Ghosn en novembre dernier. L’objectif c'est de montrer qu'ils vont de l'avant après les divisions de ces derniers mois et que les relations se sont apaisées entre Renault, Nissan et Mitsubishi.

Les dirigeants des trois constructeurs automobiles seront présents et devraient annoncer une nouvelle architecture à la tête de l'alliance.

Chacun des patrons pourrait siéger au sein de cette nouvelle entité, qui devrait être présidée par Jean-Dominique Senard, le remplaçant de Carlos Ghosn à la tête de Renault. Y seraient débattus les questions de fonctionnement et les projets de nouveaux rapprochements au sein du trio.

Deux nouveautés importantes : d’abord, ce comité représenterait formellement l'alliance Renault Nissan Mitsubishi. Et puis, Mitsubishi accéderait donc pleinement à l'équipe dirigeante.

Jusqu'à présent Carlos Ghosn cumulait les présidences de chaque groupe indépendamment. La filiale néerlandaise Renault-Nissan BV, RNBV, qui était censée chapeauter l'ensemble automobile franco-japonais est aujourd'hui mise en cause dans la gestion opaque de ses finances.

Et Carlos Ghosn libéré sous caution la semaine dernière veut continuer à peser dans le débat. Il a demandé à assister mardi au conseil d'administration du constructeur d'automobiles japonais Nissan qui doit précéder cette conférence de presse, mais le tribunal refuse : Carlos Ghosn n'a en effet pas le droit d'entrer en contact avec les protagonistes de l'affaire dans laquelle il est mis en cause.

Lire aussi : Japon: Carlos Ghosn n'assistera pas au conseil d'administration de Nissan

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail