Accéder au contenu principal
France

France: un budget 2020 axé sur les baisses d'impôts

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire et celui de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, le 26 septembre 2019 à Paris.
Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire et celui de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, le 26 septembre 2019 à Paris. REUTERS/Philippe Wojazer
Texte par : RFI Suivre
6 mn

Le gouvernement français a dévoilé ce jeudi soir son projet de budget pour l'année 2020, marqué par une baisse d'impôts pour les ménages, peu d'économies et un recul du déficit moindre.

Publicité

C'est un projet de budget largement consacré aux revendications exprimées lors de la crise des « gilets jaunes » qui doit être présenté ce vendredi en Conseil des ministres. Dans un entretien au Parisien, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a résumé le mot d'ordre de l'exécutif : « Nous avons préféré baisser les impôts plus vite que le déficit ».

Le gouvernement devrait entériner plus de 9 milliards d'euros de réduction de prélèvements. L'impôt sur le revenu baissera de 5 milliards d'euros, comme l'a annoncé le président de la République Emmanuel Macron au printemps, à l'issue du « grand débat national ». Ce sont notamment les classes populaires et moyennes qui profiteront des baisses d'impôts sur le revenu. Douze millions de foyers pourront ainsi bénéficier d'une augmentation d'un pouvoir d'achat de 350 euros en moyenne. Les 5 millions de foyers plus aisés bénéficieront eux de 180 euros.

A cela s'ajoute la suppression de la taxe d'habitation pour 80 % des ménages actuellement imposés en seront totalement exemptés. Les 20 % restants devront attendre trois ans. 

Une baisse plus lente pour les entreprises

La baisse des charges pour les entreprises sera en revanche plus lente que prévu. L'impôt sur les sociétés devait passer à 28 % l'an prochain pour finalement atteindre 25 % en 2022. Les grandes entreprises devront patienter : il baissera seulement de 33,3 % à 31 % l'an prochain pour celles dont le chiffre d'affaires est supérieur à 250 millions d'euros. En 2021, le taux passera à 27,5 % pour ces dernières et à 26,5 %, comme prévu, pour les société plus petites.

L'objectif de suppressions de postes sur l'ensemble du quinquennat est ramené à 10 500, alors qu'il était de 50 000 au début du mandat d'Emmanuel Macron et d'encore 15 000 en milieu d'année. En 2020, les principaux perdants sont les ministères des Comptes publics, avec 1 666 postes en moins, et celui de la Transition écologique, qui en perd 1 073. A l'inverse, l'Intérieur gagne 1 536 postes et la Justice 1 520.

Mais ces mesures interviennent dans un climat macroéconomique dégradé par le ralentissement de l'économie mondiale et les incertitudes liées aux tensions commerciales et au Brexit, qui ont conduit le gouvernement à tabler sur un recul de la croissance économique en 2020 à 1,3 %. Si le déficit va bien baisser l'an prochain, il se situera à 2,2 % du PIB, contre 2 % initialement prévu par le gouvernement. Surtout, le déficit structurel (hors éléments exceptionnels et évolution de la conjoncture) restera stable, et la dette publique va à peine baisser à 98,7 % du PIB, après un bond à 98,8 % cette année.

Lors d'une conférence de presse ce jeudi, le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a défendu les choix du gouvernement. « Vous ne faites pas un budget au milieu de nulle part (...) Vous faites un budget en fonction de priorités économiques et d'une situation économique et sociale », a-t-il fait valoir.

(Avec AFP)

Le budget pour les Armées en croissance

Le budget du ministère des Armées va de nouveau croître l'an prochain à 37,5 milliards d'euros, permettant d'investir dans de nouveaux équipements militaires. Aux yeux du ministère des Armées, le projet de loi de finances 2020 poursuit une double finalité : réparer et préparer.

Réparer après deux lois de programmation militaire de décroissance. La démission avec fracas il y a deux ans du chef d'état-major des armées Pierre de Villiers, opposé à un coup de rabot budgétaire, a laissé des traces. Emmanuel Macron a depuis promulgué une trajectoire budgétaire 2019-2025 qui prévoit une hausse importante des crédits de défense. Le projet de loi de finances 2020 en est l'illustration.

Le budget va donc bondir l'an prochain de 4,5 %, soit 1,7 milliard de ressources nouvelles, avec pour ambition de préparer l'appareil militaire aux conflits futurs. Et ce dans un contexte inquiétant, l'état-major pointant un retour des États-puissance, une course à l'armement avec pour sous-jacent un accroissement des crises régionales, que ce soit dans le Golfe arabo-persique, en mer de Chine ou encore en Méditerranée orientale.

Les dépenses d'engagement vont par conséquent croître de façon exponentielle avec des commandes s'élevant à plus de 14 milliards d'euros, bénéficiant aux trois armées, sans oublier les dominantes cyber et espace. Le budget des armées 2020 représentera 1,86 % du PIB pour atteindre 2 % à l'horizon 2025, pour ainsi conserver un modèle d'armée complet.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.