Accéder au contenu principal
FMI

Le FMI annonce un «ralentissement synchronisé» de l’économie mondiale

La directrice générale du FMI Kristalina Georgieva, salue les agents de sécurité à son arrivée pour sa première journée à son nouveau poste au siège du FMI à Washington, le 1er octobre 2019.
La directrice générale du FMI Kristalina Georgieva, salue les agents de sécurité à son arrivée pour sa première journée à son nouveau poste au siège du FMI à Washington, le 1er octobre 2019. REUTERS/Jonathan Ernst
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Ce mardi 8 octobre, Kristalina Georgieva, la nouvelle directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) a fait son premier discours. À quelques jours des réunions d'automne, la patronne du FMI alerte sur le ralentissement de l'économie mondiale et appelle les pays à conduire une politique en faveur du changement climatique.

Publicité

Fidèle à ses convictions écologiques, la nouvelle patronne du FMI, a commencé son discours par des préconisations environnementales. Kristalina Georgieva recommande l'instauration de taxes sur le carbone, car efficace contre le changement climatique si elles sont assorties de réductions d'impôts et d'incitations à l'investissement dans les infrastructures propres. Au lieu d'ajouter de nouvelles taxes, il faut changer les systèmes fiscaux.

Concernant la conjoncture économique mondiale, Kristalina Georgieva annonce un « ralentissement synchronisé » qu'elle impute pour beaucoup au président américain. Selon elle, « les offensives commerciales menées tous azimuts par Donald Trump vont coûter 700 milliards de dollars à la croissance mondiale d'ici 2020. »

L'escalade des taxes douanières depuis plusieurs mois entre la Chine et les États-Unis touche le commerce international dans le monde entier. Elle appelle les pays à plus de raison pour éviter une déstabilisation des marchés financiers.

La nouvelle patronne du FMI pointe également les risques d'un Brexit sans accord, tout comme elle souligne le surendettement des entreprises ce qui en cas de fort ralentissement les exposerait au défaut de paiement. 

Le FMI va d’ailleurs publier le 15 octobre des prévisions de croissance pour 2019 et 2020, révisées à la baisse. D’ores et déjà, l'institution prévient : la croissance va tomber cette année à son plus bas depuis le début de la décennie, et prévoit une croissance plus lente dans 90% du monde.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.