Accéder au contenu principal
Economie

Des ONG dénoncent le lobbying des géants pétroliers auprès de l'Union européenne

Les cinq géants du pétrole et du gaz et leurs groupes de pression en faveur des énergies fossiles ont dépensé un quart de milliard d’euros depuis 2010 pour défendre leurs activités.
Les cinq géants du pétrole et du gaz et leurs groupes de pression en faveur des énergies fossiles ont dépensé un quart de milliard d’euros depuis 2010 pour défendre leurs activités. REUTERS/Francois Lenoir
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les cinq plus grandes compagnies pétrolières privées au monde, BP, Chevron, ExxonMobil, Shell et Total, ont dépensé 250 millions d’euros en lobbying auprès de l’UE, selon une étude de plusieurs ONG de défense de l'environnement. En neuf ans, elles ont mis presque autant d'argent que tous les investisseurs mondiaux dans les énergies renouvelables pour influencer les décisions prises par l’Europe.

Publicité

Depuis l’entrée en fonction de la Commission européenne présidée par Jean-Claude Juncker, en 2014, les majors pétroliers et leurs 200 lobbyistes présents à Bruxelles ont tenu 327 réunions avec des responsables de la Commission européenne.

En neuf ans, les géants pétroliers ont déboursé 250 millions d'euros pour défendre leurs activités, révèle un rapport de plusieurs ONG environnementales. Des données incomplètes car les dépenses des lobbies sont déclarées par l'industrie pétrolière, mais qui éclairent sur leur stratégie.

« On a pris la chronologie des dépenses des lobbies de ces industries et on compare avec les grands dossiers climat et énergie qui se sont décidés au niveau européen. C'est flagrant de voir que les dépenses des lobbies suivent vraiment ces dossiers-là. Par exemple en 2014, quand l'Union européenne décidait de ses objectifs climat et énergie pour 2030, c'est là qu'on a un pic de dépenses des lobbies de l'industrie fossile qui a dépensé cette année près de 35 millions d'euros. Les décisions prises en 2014, ce sont des objectifs non contraignants, aucune imposition sur l'efficacité énergétique, ce sont des mesures affaiblies. Nous suspectons donc très fortement que le lobby des industries fossiles a à voir là-dedans », dénonce Myriam Douo de l'ONG Les Amis de la Terre.

Bien que les groupes incriminés se défendent de toute interaction, les ONG demandent l'instauration d'un pare-feu, afin de limiter les réunions avec les lobbistes, et de le faire en toute transparence.

► À lire aussi : le rapport de Corporate Europe Observatory, les Amis de la Terre, Food and Water Europe, Friends of the Earth Europe et Greenpeace EU

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.