Accéder au contenu principal
Plein Sud

4. So Kalmery

Audio
So Kalmery
So Kalmery
Par : Amobé Mévégué

So Kalmery nait dans la région de Bukavu, à proximité du lac Kivu dans l’Est de la république démocratique du Congo. Son père, musicien, joue de l’accordéon, de la trompette et de la guitare dans les fanfares et de l’orgue à l’église. So chante dès son plus jeune âge, avec les autres enfants, dans les chorales et suit ses grands frères qui jouent le brakka dans les orchestres le dimanche. Il compose ses premières chansons à 9 ans.

Publicité

Vers 17 ans, So forme un nouveau groupe, « King melody Band » (plus tard « Ujamaa »), avec des anciens de « Vedette mambo » et des nouveaux venus. Ils tournent au Kenya, au Burundi, et gagnent de nombreux concours, grâce aux compositions de So. Rappelons qu’à cette époque là, les compositions originales sont rares, la plupart des répertoires étant essentiellement composés de reprises. En 78, après un bref séjour à Londres puis en Zambie où il participe à l’enregistrement d’albums (« Lusaka music palace »), So part pour deux ans à Kinshasa. Il joue avec le groupe « Viva la musica » en tant que guitariste. Rappelons que ce groupe rassemble en son sein une grande partie des stars africaines actuelles comme Papa Wemba (So laisse d’ailleurs son empreinte sur le tube « Dja Mosket ») ou Koffy Olomide… Lors des premières parties, So chante ses compositions à la guitare. Il arrive à Paris en 82 à la suite d’une tournée en Belgique et crée le groupe « Ujamaa »(famille, en Swahili) dans lequel il joue le brakka. Il enregistre deux albums autoproduits, « Ujamaa » et « So & Ujamaa », participe à des tournées européennes (Festival d’été de Vienne, Carnaval de Notting Hill à Londres…) En 1987, au Albert Hall de Londres, une rencontre est organisée par le manager de Fela. So assure la première partie de Paco de Lucia et John Mac Laughin … Deux inconnus pour So qui jouera avec eux un morceau sur scène le même soir. En 1989, il enregistre « So » pour CBS France. Sortie et tournée européennes. So, infatigable voyageur, partage son temps entre les tournées, Londres et Paris. Pourtant, en 1993, So se remet en question et s’interroge sur le véritable rôle du musicien dans la communauté. Car contrairement à l’Occident qui met en place des structures d’aide psychologique après des événements traumatisants (guerres, etc…), So réalise que l’Afrique ne dispose d’aucune structure aidant la population à assumer les changements de société. La musique africaine est le plus souvent une invitation à la danse et à la fête. So veut lui donner un rôle éducatif. C’est à cette époque qu’il s’intéresse à l’histoire, et notamment à l’Egypte ancienne. Après cette période de réflexion, So part en Australie en 1994. Acceuilli par les Aborigènes, il découvre le Didgeridoo qu’il intègre à sa musique. Il enregistre l’album « Rasmi » en 95, est invité par « Chicago Blues » au Havre, par Eric Bibb au Queen Elisabeth Hall à Londres. Il tourne en Europe et en Australie et fait les premières parties de Ben Harper lors de sa tournée en France. « Rasmi » sort en 96 et So fait sa promotion les années qui suivent sa sortie. LE BRAKKA Auteur, compositeur et interprète, So Kalmery est le représentant d’un style musical, le Brakka. Tout à la fois une philosophie, un combat et une musique indissociable de la danse, le Brakka est, comme son nom l’indique (« Bra », le commencement, « Ka », l’infini, l’esprit), une musique qui puise sa source dans la tradition africaine tout en y intégrant les influences urbaines inhérentes à chaque époque. Voilà pourquoi, selon So, cette musique touche tout le monde, des africains aux occidentaux, des ruraux aux urbains, des fans de musique africaine aux amateurs de hip-hop… « Le Brakka est la musique des origines et l’origine de la musique. Il est universel . Il nous enseigne un secret oublié. Il nous parle de ce que nous sommes. Le Brakka est l’écho de notre passé, c’est le chant de notre mère la terre Afrique, berceau de l’humanité. C’est le tempo de la vie, le rythme du cosmos. Le Brakka va au delà des frontières, au delà des différences. Il transcende le corps et l’esprit dans une union sacrée appelée harmonie. Le

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.