Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Pétrole irakien: les majors attendent le prochain appel d’offres

Audio

Publicité

On ne peut pas dire que le premier appel d'offres de l'après Saddam Hussein, dans le secteur pétrolier, ait été jusqu'à présent un franc succès. Les conditions draconniennes imposées par Bagdad aux compagnies étrangères les ont fait fuir, ou tout du moins, longuement hésiter, depuis cinq mois.

Sur les huit champs pétroliers et gaziers qui étaient en jeu, seuls deux ont trouvé preneur, Roumaila et Zoubair. Il faut dire que le gouvernement irakien, loin de proposer un partage de la production aux compagnies étrangères, leur imposait des contrats de services : une rémunération fixe sur chaque baril supplémentaire produit, parfois inférieure à 2 dollars, alors que les majors se devaient de financer à 100% le développement de ces gisements, délaissés depuis des années.

BP, la compagnie britannique, et la chinoise CNPC, ont été les premières à accepter ces conditions, pour remporter le gisement géant de Roumaila, 18 milliards de barils de réserves potentielles, avec l'espoir de réaliser d'immenses économies d'échelles, à défaut d'être grassement rémunérées.

Elles devraient signer ce mardi un accord définitif avec le gouvernement irakien. La même logique prévaut sans doute pour l'italienne Eni, qui, après avoir résisté plusieurs mois, a accepté de baisser ses prétentions il y a quelques jours sur le gisement géant de Zoubair, 4 milliards de barils de réserves potentielles. Un accord préliminaire devrait être signé ce lundi.

Le sort d'un troisième champ pétrolier sera examiné la semaine prochaine, le gouvernement irakien devra départager l'Américain Exxon Mobil et le russe Lukoil pour un autre gisement géant du sud irakien, Qourna ouest. Les majors évincés, comme le Français Total, se réservent pour le deuxième appel d'offres qui sera lancé à la mi-décembre sur 15 autres champs pétrolifères. Il comprendra des gisements jamais exploités, qui exigent donc beaucoup d'investissements, les compagnies étrangères devraient donc négocier bien plus âprement les contrats en leur faveur.

Chez Total, on explique que oui, il est important d'être présent en Irak, le pays qui possède les 3èmes plus grandes réserves au monde, mais pas à n'importe quel prix. Et que les réflexions se poursuivent sur les conditions de sécurité et les conditions contractuelles, un partage de la production n'étant cette fois pas exclu.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.