Revue de presse française

A la Une : le match France / Irlande

Audio

Publicité

« Allez la France ! » : C’est le grand titre de France Soir, avec une Une encadrée de bleu, blanc, rouge, s’il vous plaît ! Manière sans doute de titiller encore plus notre fibre patriotique, avant le match couperet de ce soir. France-Eire, donc, au Stade de France à 21 heures. Si la France gagne, ou fait match nul avec les Irlandais, la qualification pour le Mondial est dans la poche.

Alors, apparemment, dans les différentes rédactions, on a déjà enfilé le maillot bleu et chaussé les crampons. « C’est ce soir ou jamais », s’exclame Le Parisien en Une. « Victorieuse samedi à Dublin, 1 à 0, l’équipe de France est en position idéale pour décrocher, ce soir, à domicile, sa qualification pour le Mondial 2010. Méfiance tout de même… », prévient le journal.

En effet, en face, les Irlandais sont remontés comme des pendules. Le capitaine des Verts, Robbie Keane, interrogé par Le Parisien, affirme que « la pression est sur les Français. Nous, on n’a rien à perdre, dit-il. Nos performances à l’extérieur nous donnent beaucoup de confiance. (…) On est plus forts contre des grosses équipes. Rien n’est acquis pour les Français. »

En face, même détermination, Lassana Diarra, milieu de terrain des Bleus, interrogé par L’Equipe, affirme que « la France doit jouer pour gagner. On n’a pas le style pour défendre 90 minutes. On doit imposer notre jeu. »

« Pas de bêtise, les Bleus… »

Alors, ce soir sera « le grand soir ». C’est le grand titre de L’Equipe, pleine page, avec cette photo d’un duel aérien au match-aller entre Patrice Evra et Liam Lawrence. Le quotidien sportif qui résume la situation en deux phrases : « le danger serait de trop gérer, de ne pas assez jouer. Le bonheur serait de se qualifier, enfin. »

« Pas de bêtise, les Bleus… », supplie Le Figaro qui donne dans la métaphore marine : « sous la menace d’un dernier coup de tabac avant le passage du cap de Bonne-Espérance, l’escadre France devra maîtriser une deuxième fois en quatre jours les vents contraires venus d’Irlande. »

Libération pour sa part fait un gros plan sur celui qui a inscrit le but victorieux samedi dernier : « enfin, Anelka décolle », s’exclame le journal. « Oublié le joueur supposé capricieux, l’attaquant s’est imposé chez les Bleus. » Nicolas Anelka a 30 ans, rappelle le journal, et déjà trois Coupes du monde lui sont passées sous le nez. Il a bien l’intention de ne pas manquer la quatrième.

Et puis ce commentaire du quotidien L’Union, plutôt bien senti : « il n’y a pas à se torturer les méninges, à imaginer on ne sait trop quel scénario d’apocalypse, à se répéter dans sa tête de petits calculs pour être qualifié. Les joueurs doivent simplement s’éclater, imposer leur jeu, faire circuler le ballon, attaquer et attaquer encore tout en maîtrisant leur défense. » Et le quotidien champenois de conclure : « si on peut passer 90 minutes de bonheur et de grand football, alors ce sera le plus beau cadeau de l’équipe de France à ses fans. »

Le ballon rond : un exutoire…

Enfin, à noter que La Croix fait sa Une sur le football, certes, mais pas sur France-Eire… « Football et nation, jusqu’à la déraison », titre le quotidien catholique qui revient sur les violences entre supporters égyptiens et algériens samedi dernier au Caire. Les deux pays, constate le journal, « disputent aujourd’hui leur match d’appui afin de se qualifier pour le Mondial dans une atmosphère délétère. » La Croix qui affirme que « depuis quelques années, la violence ne cesse de s’inviter dans, et autour des stades africains. (…) En Egypte et en Algérie, notamment, le ballon rond est un exutoire. (…) Et les violences du week-end dernier témoignent surtout d’une frustration de la jeunesse dans ces deux pays arabes. »

Fillon calme le jeu

Autre sujet de commentaires dans la presse : la grogne des maires. Avec François Fillon dans le rôle de fusible du président. François Fillon qui est monté au front hier pour tenter d’apaiser la colère des élus locaux. Et le Premier ministre s’en est plutôt bien sorti. « Françoise Fillon apaise la colère des élus locaux », titre Le Figaro. « Fillon tient bon face aux élus », constate Le Parisien. « Fillon dompte les maires », reconnaît Libération. Rappelons que le sujet qui fâche est la réforme territoriale et la réforme de la taxe professionnelle. « Sur le fond, précise l’Est Républicain, François Fillon a su manier souplesse et fermeté, satisfaisant à certaines attentes pour mieux rester ferme sur l’essentiel. »

La Montagne renchérit : « concertation, concessions, compensations, transparence, revoyure, la panoplie complète du démineur a été révisée et mise en œuvre pour cliver la grogne de droite et la colère de gauche. Mission accomplie, s’exclame le journal, même si l’usine à gaz demeure et devra être clarifiée. » L’usine à gaz étant la réforme de la taxe professionnelle et ses répercussions sur les finances des collectivités locales. « François Fillon est un bon anesthésiste », a reconnu un élu socialiste cité par Libération. Alors attention, dans quel état d’esprit les maires vont-ils se réveiller ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail