Accéder au contenu principal
Microscopie

1. La désertification médicale

Audio 19:31
DR
Par : Edouard Zambeaux

On parle beaucoup de la réforme des services publics en France en ce moment. Au centre des questions se pose celle de la rationalisation de ces services et celle de la proximité.Peut-on supprimer des bureaux de Poste, doit-on fermer des tribunaux ? La rentabilité doit elle s’inviter dans ce débat ? Comment prendre en compte les questions d’aménagement u territoire et bien sûr les aspirations des populations qui voient petit à petit leur environnement rural se désertifier en matière de services public.C’est autour de ces questions que cette semaine Microscopie vous invite à regarder à travers les yeux des habitants pour observer et comprendre la place qu’ils donnent à leurs hôpitaux ruraux…

Publicité

 

Le gouvernement lui réfléchit en termes de cartes selon des schémas qui se veulent évidemment rationnels et utilitaires. Carte judiciaire, carte médicale voire carte militaire.
On établit une règle kilométrique, on trace des cercles, on regroupe des services par zones et on ferme ceux qui apparaissent en surnombre ou pas assez fréquentés.
Aujourd’hui la règle arithmétique dit qu’un bloc opératoire doit effectuer 1 500 actes par an. En dessous il est jugé non rentable voire dangereux.
Selon ce critère ce sont 182 blocs opératoires qui sont menacés aujourd’hui en France.   
Pour les habitants la question est souvent un peu différente et la rationalité plus délicate à mesurer : c’est un tribunal qui ferme, une caserne qui déménage avec ses emplois et bien sûr un hôpital qui disparait ou voit partir quelques uns de ses services les plus symboliques.

Salle de consultation de l'hôpital de St Agrève
Salle de consultation de l'hôpital de St Agrève DR

C’est le cas à Saint Agrève, une commune de 3 500 habitants nichée à 700 mètres d’altitude sur les plateaux de l’Ardèche.
L’hôpital autrefois y offrait une gamme complète de soins. Aujourd’hui il n’y a plus qu’un centre périnatal, un service de médecine, un service de réadaptation et bien sûr signe du vieillissement de la population un service hospitalier pour les personnes âgées dépendantes qui occupent 77 des 120 lits disponibles …
A Saint Agrève si on peut vieillir et mourir à l’hôpital on ne peut plus y naître. Pour cela il faut prendre la route…

Un reportage d’Olivier Minot pour Microscopie

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.