Revue de presse Afrique

A la Une : coups de feu à Conakry

Audio 04:38

Publicité

«Pourquoi son aide de camp a-t-il tenté de tuer Dadis Camara ?». La question se trouve à la Une du site burkinabé Fasozine de Ouagadougou et fait également l'objet de nombreux articles sur le reste du continent.

L'Intelligent d'Abidjan donne les informations qu'il possède. Le président guinéen serait «hospitalisé à Conakry» et son aide de camp, «le lieutenant Aboubakar Diakité, surnommé Tomba, a été arrêté», selon la radio nationale captée jeudi soir.

Fasozine parle, lui, d'une «tentative de meurtre» et cite le porte-parole du CNDD, Idriss Chérif, qui «refuse de confirmer ou d'infirmer que le chef de la junte a été blessé à la tête, tout en assurant qu'il est hors de danger.»

Le site burkinabé explique le geste de l'aide de camp par des accusations qui ont été portées contre lui. Il est considéré comme l'un des «responsables des massacres du 28 septembre. Il aurait eu peur d'être sacrifié à l'enquête internationale.»

Fasozine n'avait pas encore la déclaration des militaires réunis en conclave au camp Alpha Yaya Diallo, après la tentative de meurtre.

Le site pose un certain nombre de questions : que va-t-il advenir de l'aide de camp, «quel sera son sort ?» ... «Tout ceci n'est-il qu'une diversion pour faire passer aux yeux de l'opinion publique et de la communauté internationale, le capitaine putshiste, du statut de responsable de la barbarie du 28 septembre à celui de victime? »

Fasozine rappelle qu'il y a eu, depuis cette date, «des dissensions au sein de la junte»... «Serait-ce le début d'une purge dans l'armée pour éliminer des éléments gênants ?» s'interroge-t-il encore.

L'attentat de Mogadiscio

Trois ministres tués. Celui de la Santé, celui de l'Education et celui de l'Enseignement supérieur. Le principal portail sénégalais, rewmi, publie une photo de l'hôtel qui a été frappé par cette explosion. «On ne dispose, pour l'instant, que de peu de précisions», ajoute le site, tandis que Fasozine explique que cet attentat suicide a fait «plusieurs dizaines de morts, y compris deux journalistes somaliens, le correspondant de radio Shabelle et un caméraman de la télévision.»

«Un kamikaze s'est fait exploser en pleine cérémonie de remise de diplômes à des étudians somaliens.»

Fasozine cite RFI et le directeur de cabinet du ministre somalien de l'Information qui a indiqué que «le kamikaze s'était déguisé en femme.»

Il rappelle que ce n'est «pas le premier attentat du genre» dans la capitale somalienne. «Il y a six mois, le ministre de la Sécurité avait été tué avec 19 autres personnes.»

L'Etat Gabonais condamné en justice

Une personnalité gabonaise a obtenu gain de cause devant un tribunal de Libreville.

Il s'agit d'une figure de la société civile, Marc Ona. Il dirige notamment une ONG et il avait porté plainte contre l'Etat gabonais pour avoir été interdit de sortir du pays en 2008, avant l'élection présidentielle. Il voulait assister à une conférence internationale à New York. Depuis lors il n'avait pas pu quitter le Gabon avant le mois d'avril. Les infos se trouvent sur un portail sénégalais. Rewmi.com.

Le tribunal de Libreville a condamné l'Etat gabonais à 5 millions de francs CFA. Ce sont des dommages et intérêts. Il avait demandé dix fois plus.

La présidentielle en Côte d'Ivoire

L'Observateur Paalga nous le dit : «il ne reste plus que le décret de Gbagbo.»

Il revient sur la fourchette qui a été arrêtée ce jeudi pour l'élection présidentielle. Fin février, début mars 2010. Décision prise au cours de la 6ème session du cadre permanent de concertation, autrement dit, le CPC.

«La date exacte fera l'objet d'un décret» du président Laurent Gbagbo, même si ce dernier ajoute L'Observateur «avoue que l'essentiel est de bander les muscles pour tenir le chronogramme.»

En tout cas L'Observateur est content, il avait anticipé sur cette date, cette fourchette plutôt, le 12 novembre dernier, dans un article intitulé «arithmétique électorale», il avait mis dans le mille en faisant cette prévision de date. Fin février, début mars.

Le tirage du Mundial

Le Patriote de Côte d'Ivoire explique que les éléphants ivoiriens sont dans le chapeau 3, comme les autres pays africains plus le Chili, l'Uruguay et le Paraguay. Le tirage au sort que vous pourrez suivre sur RFI n'est pas la chose la plus simple du monde. Dans ce chapeau dont on vient de parler il y a l'Algérie, le Cameroun, les Ivoiriens, le Ghana et le Nigéria.

Dans tous les cas de figure, explique Le Patriote, l'équipe ivoirienne «n'a aucun choix à faire, elle sera bien obligée de boire le vin qui sera tiré. C'est le prix pour entrer dans la cour des grands. Sinon, ils n'auront rien à faire en Afrique du Sud, hormis du tourisme.»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail