Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Le marché du riz toujours sous haute tension

Audio 01:58

Publicité

 Le marché du riz est toujours sous haute tension. Au Vietnam, le second pays exportateur, les habitants commencent à faire des provisions par crainte d’une nouvelle flambée des prix.

 En une semaine le prix du riz vendu au détail a bondi de 20% pour la qualité supérieure, la plus appréciée par les citadins. L’information s’est répandue comme une trainée de poudre, provoquant une ruée auprès des commerçants.

Les responsables gouvernementaux minimisent ce mouvement de panique en garantissant que l’équivalent de deux mois de consommation est en dépôt. Le Vietnam est aujourd’hui le deuxième exportateur de riz au monde, et c’est surtout le premier fournisseur des Philippines, ce qui explique en grande partie la hausse des prix.

Pour répondre à la demande croissante de leur client, les Vietnamiens s’empressent de faire remonter le riz vers les ports, d’où les tensions sur les prix rendus au port qui se répercutent sur le marché intérieur. D'ici à la fin de l'année Manille aura aspiré deux millions 300 000 tonnes de riz, soit 10% des quantités échangées en un an sur ce marché. Les Philippins qui ont vu leur production baisser cette année en raison des typhons craignent que les prix ne soient encore plus élevés en 2010, d’où ces méga appels d’offre. Dans leurs petits calculs ils ont visiblement oublié que plus la demande augmente plus les prix montent.

En revanche ils n’ont pas oublié le calendrier électoral. Pas question de risquer la pénurie avant l’élection présidentielle prévue au mois de mai. Le feu sur le marché du riz déjà attisé en 2008 par la demande philippine, repartira t’il en 2010? Probablement si l’Inde se met elle aussi à importer. Mais contrairement aux rumeurs qui circulent depuis plusieurs semaines ce ne serai plus à l'ordre du jour.

Malgré la faiblesse de la récolte en cours, elle pourrait reculer de 20% par rapport à l’année précédente, les réserves stratégiques indiennes sont déjà bien remplies. Avec 15 millions de tonnes en magasin, le pays dispose de trois fois plus de riz que ce qui est prévu par le stock de sécurité. Les achats auprès des paysans vont continuer, parce que c'est nettement moins cher que sur le marché mondial et politiquement beaucoup plus correct. Par ricochet, l’incendie sera peut-être évité sur le marché mondial. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.