Accéder au contenu principal
Revue de presse française

A la Une : la Grèce au bord de la banqueroute

Audio 04:47

Publicité

Un Etat peut-il faire faillite ? Question posée par plusieurs journaux ce jeudi 10 décembre 2009. La Grèce est en pleine tourmente… La Grèce qui, titre Le Figaro-Economie, « redoute une mise sous tutelle financière ». « La dette de la Grèce provoque une vague d’inquiétude dans toute la zone euro », s’exclame Le Monde. « L’Union monétaire mise à l’épreuve », s’inquiète La Tribune. « Et si la Grèce faisait faillite ? » : question posée donc à la une de Libération.
Comment en est-on arrivé-là ? « Tout s’est accéléré il y a un peu plus d’un an avec la crise des subprimes, explique Libération. (…) La Grèce, comme le reste de l’Union européenne, a fait le choix d’augmenter sa dépense publique. Mais pour dépenser plus, il faut des recettes. Et les finances publiques étaient déjà sur une pente glissante. »

L’Etat grec n’est pas le seul responsable…

En effet, complète Le Figaro, si la Grèce engrange peu de recettes, c’est que « la fraude est un sport national. (…) Entreprises, particuliers, professions libérales, personne ne paie ses impôts ni ne déclare ses bénéfices réels. La plupart des Grecs ont deux métiers mais n’en avouent qu’un. Au total, affirme Le Figaro, l’économie souterraine représente 40% du PIB ! »
Pour Libération, « la Grèce n’est pas à l’abri des critiques pour un certain laxisme en matière de déficits, mais, à l’échelle de la planète, les élus n’ont pas provoqué seuls la catastrophe. C’est l’establishment financier le responsable, s’exclame Libération. Les élus sont les pompiers, les banquiers, les pyromanes. Autrement dit, conclut le journal, les pays en défaut (…) méritent la solidarité et non le martinet du FMI. »

L’Europe du Nord à la rescousse ?

Comment sortir de cette situation ? « En théorie, le traité de Maastricht interdit toute forme d’assistance à un Etat de la zone euro en situation de banqueroute, relève Le Monde. Dans la pratique, on voit mal comment les pays d’Europe du Nord et la Banque centrale européenne pourraient laisser tomber un pays défaillant, sous peine de provoquer une grave crise de défiance vis-à-vis de l’euro. Reste à savoir, s’interroge Le Monde, comment les contribuables allemands, néerlandais ou français réagiront quand leurs impôts augmenteront pour sauver Grecs ou Portugais. »
En effet, la Grèce n’est pas le seul pays fragilisé… Toute la zone sud de l’euro est concernée : Grèce donc, mais aussi Portugal, Italie et Espagne. « Temps de cochon sur l’euro », s’inquiète La Tribune qui affirme que « les marchés redoutent un défaut de paiement qui fragiliserait la monnaie unique à laquelle prennent par ces quatre Etats. (…) La sortie de crise nous ramène à la réalité, remarque le quotidien économique. Le corset de la monnaie unique n’efface pas les différences entre les pays, il les exalte. »

Le double visage d’Obama

Barack Obama va recevoir son prix Nobel de la paix ce jeudi 10 décembre 2009 à Oslo. Et de nombreux commentateurs, à l’instar de La République du Centre, soulignent que cette cérémonie sera celle de « tous les paradoxes. Car, c’est un président en guerre qui va être honoré sur le sentier de la paix », constate le journal.
« A la stupéfaction de beaucoup d’observateurs, et même à la sienne, rappelle Le Figaro, le jury du Nobel n’a pas récompensé une action, mais la promesse de changement qu’incarne Obama. Lui donnant une sorte de chèque en blanc. »
« Le comité Nobel a confondu l’intention avec les actes, renchérit L’Indépendant. Il a offert sur un plateau son prix le plus prestigieux à un homme qui n’avait encore rien prouvé. »
Et Le Dauphiné de comparer Obama à Janus, ce dieu aux deux visages : « un fringant Nobel de la Paix qui cohabite avec un président de guerre. »

Fin d’année difficile ?

En France, les conflits sociaux reviennent sur le devant de la scène… Le secteur le plus touché est celui des transports. Grève à partir de ce jeudi 10 décembre 2009 sur la ligne A du RER parisien. Grève aussi ce week-end à la SNCF. Les routiers sont également en colère. Il y a aussi un risque de paralysie des centres de distribution des produits frais… « La multiplication des risques de conflit dans le public et le privé révèle un dialogue social quasi-inexistant, note La Montagne, et l’absence de perspective d’une évolution de la politique salariale. (…) Tant que les dirigeants de notre économie continueront à privilégier les gains de productivité et la compression des salaires, déplore le journal, il en sera ainsi. »
Pour Les Dernières Nouvelles d’Alsace, « l’accumulation des colères sociales (…) peut à tout moment dégénérer. Tout cela à moins de quatre mois des régionales. Nicolas Sarkozy va devoir s’adapter rapidement à cette nouvelle donne. »

L’islam et les Français…

Enfin ce sondage à la Une du Parisien suite au débat sur l’identité nationale et au moment où les Suisses se sont prononcés contre la construction de nouveaux minarets… Un sondage sur l’islam. « Seule une courte majorité de Français, relève Le Parisien, 54%, jugent la religion musulmane compatible avec la vie en société en France. » Commentaire du journal : « ce sondage montre que l’islam n’a pas encore tout à fait trouvé sa place dans notre pays. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.