Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Le Groenland, future puissance minière ?

Audio 02:01

Publicité

 

A Copenhague cette semaine les Etats vont tenter de coordonner leurs actions pour lutter contre le réchauffement de la planète. Ce changement climatique qui menace la vie sur Terre est parfois perçu comme une aubaine, c’est le cas au Groenland qui se voit bien en future puissance minière.

Parce que les réserves supposées du Groenland sont prometteuses et surtout parce que la raréfaction des ressources de la planète rend plus crédible une exploitation dans des conditions extrêmes. Dans les eaux de l’Arctique, les réserves en pétrole et en gaz se chiffrent en dizaines de milliards de barils. L’exploitation d’une parcelle infime de ce potentiel suffirait à transformer le pays encore si dépendant des subsides du Danemark en puissance énergétique.

Les handicaps liés à l'environnement sont toutefois élevés et même si la disparition de la glace s’accélère depuis trois ans, l’île est encore à 80% recouverte d’un manteau gelé de plus de 3 kilomètres d’épaisseur. Malgré ces barrières qu’il faudra surmonter, les Inuits se préparent un destin à la norvégienne.

L’année dernière, le Parlement a approuvé la création d’un fonds souverain pour gérer les recettes futures. Suite au vote de la loi danoise sur l'autonomie renforcée, les droits miniers actuellement détenus par le Danemark reviendront aux habitants du Groenland à partir du premier janvier prochain. La manne pétrolière escomptée est encore toute virtuelle puisqu’aucune exploration n’a abouti jusqu’à maintenant.
 

En revanche, dans le secteur des minerais, les avancées sont plus concrètes surtout dans la partie Sud la plus touchée par le dégel. Une compagnie danoise a annoncé le mois dernier la découverte d’un nouveau gisement d’or tout près de la première mine d'or entrée en exploitation il y a 5 ans. Sur la côte Est, une société australienne a programmé un forage en 2010 pour évaluer la teneur d’un gisement d’or et de platinoïdes.

 

Enfin, retenez bien le nom Kvanefjeld. Ce site pourrait à l’avenir satisfaire le quart de la demande mondiale en terres rares. Les terres rares, ce ne sont pas tout à fait des terres mais des minerais devenus indispensables aux nouvelles technologies dont la production est actuellement concentrée en Chine. Voilà quelques exemples parmi d'autres qui démontrent que le Groenland a les cartes en main pour faire du réchauffement un levier de développement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.