Accéder au contenu principal
Revue de presse française

A la Une : Benoît XVI bousculé, Obama victorieux, Liu Xiaobo condamné

Audio 04:24
Par : Brice Barrillon
9 mn

Publicité

« Tous les sénateurs républicains se sont opposés au plan »

Obama à la Une du Figaro comme de Libération, à cause de sa réforme de la santé adoptée pour Noël comme il le souhaitait. « Premier grand succès d'Obama », titre Le Figaro, qui explique que « le vote du Sénat américain sur la réforme de l'assurance-maladie offre au président une victoire "historique" ».

La Une de Libération fait référence à « La méthode Obama ». Pourquoi ? Parce que « pour faire passer son plan, le président a accepté compromis et négociations ».
Pour François Sergent c'est une première « (...) tous les sénateurs républicains se sont opposés au plan... »

Alors que par le passé, des réformes « fondamentales comme la Grande Société de Johnson... ou les droits civiques... avaient reçu le soutien des deux partis ». En arrivant au pouvoir, « Obama avait tendu la main à son opposition, rappelle l'éditorialiste, mais les républicains, McCain en tête, ont préféré une confrontation systématique. »

Cette tactique, payante à court terme si on en croit les sondages, servira-t-elle finalement les républicains ? Pas sûr, répond François Sergent : « s'il veut revenir au pouvoir, explique-t-il, ce parti devra accepter, comme Obama, une éthique du compromis. »

« Le Vaclav Havel chinois »

Les droits de l'homme en Chine sont également à la Une, après la condamnation du célèbre dissident chinois Liu Xiaobo.

Lourde peine, pour les journaux. Onze ans de prison pour incitation à la subversion. Libération rappelle que cet écrivain, ancien prof d'université est l'un des auteurs de la « Charte 08 », un texte réclamant une Chine démocratique, qu'il avait déjà connu la prison après Tiananmen, et qu'il s'est également vu priver de ses « droits politiques pendant deux ans ».

C'est le « Vaclav Havel chinois », explique Libération, tandis que Le Monde survole la nouvelle géo-politique de Pékin : « Cette condamnation témoigne de l'assurance croissante de la Chine sur la scène internationale », peut-on lire dans ce journal. « Cela fait taire bien des états d'âme, ajoute l'éditorialiste : quand le président américain ou sa secrétaire d'Etat sont venus en Chine ces derniers mois, ils ont soigneusement évité la question des droits de l'homme. »

La Charente Libre avec Jacques Guyon voit dans « cette lourde peine (...)
comme un avertissement adressé à nos démocraties, priées de cesser leurs ingérences, mais surtout un message très clair en direction des Chinois qui seraient tentés de rejoindre la
"subversion". » Il ajoute que « Côté français, il semble qu'on ait, pour l'heure, préféré laisser le soin à l'UE d'exprimer son indignation au nom de tous les Européens. »

« Elle ne voulait pas lui faire de mal »

Les journaux reviennent sur l'agression contre le Pape. Benoît XVI agressé, France Soir annonce à la Une ce qu'il appelle « L'incroyable récit ». A lire en page deux et trois avec en prime deux documents photographiques, vu aussi à la télévision : la jeune femme en train d'escalader les barrières avant de se jeter tête la première sur Sa Sainteté.

« Il y a 350 personnes pour assurer la sécurité du pape », explique le journal mais c'est « mission impossible ». En tout cas, pour France-Soir, le pape Benoit XVI est « plus solide qu'on pourrait le croire » et c'est « en forme qu'il a prononcé son traditionnel message urbi et orbi » appelant à l'« accueil [...] des immigrés souffrant de la faim et de l'intolérance ».

Et puis on en sait un peu plus sur la jeune femme qui a fait tomber Benoît XVI : selon le quotidien italien La Repubblica qui donne l'info sur son site internet. Avant hier, elle avait un ticket pour assister à l'office... et « quand elle a été interrogée par les gendarmes du Vatican et puis par des médecins elle a déclaré qu'elle " ne voulait pas lui faire de mal " ».

Libération raconte que Susanna Maiolo est âgée de 25 ans, qu'elle est Italo-Suisse mais surtout trés « exaltée ».

Ce n'est pas la première fois qu'elle s'en prend au pape : selon le site d'infos Rue 89, il s'agit de « la même femme, vêtue déjà d'une capuche rouge, qui s'était précipitée sur lui l'an dernier alors qu'il quittait la basilique. Elle avait alors été arrêtée par la sécurité ». Rue 89 a mis en ligne la vidéo de l'agression.

Le poids des mots

A partir de là, La République du Centre lance une réflexion sur le poids des mots et des idées.

Jacques Camus écrit qu'il n’y a « (...) aucun lien, formellement établi, entre cette agression et les polémiques vaticanes actuelles ou l'image conservatrice du pape. mais qu' il convient de méditer sur l'âpreté des débats d'idées qui peuvent "impressionner" et "pousser à l'acte" des personnes fragiles, influençables. »

L'éditorialiste poursuit en écrivant qu' « Internet invite de nos jours à de trop sommaires diabolisations ou à d'indignes discrédits » alors il s'interroge sur « la part que la violence ambiante des mots a prise dans la violence des gestes des agresseurs de Benoît XVI et de Silvio Berlusconi. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.