Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

A la table du petit déjeuner, c’est l’instant haussier

Audio 01:55

Sur les marchés des matières premières agricoles, les produits phare du petit-déjeuner occidental (sucre, cacao, thé, jus d’orange) ont été les vedettes de l’année.

Publicité

Cette année, la formule breakfast à l’anglaise a été plébiscitée sur les marchés à terme. Le thé, la boisson british par excellence, et le cacao ont enregistré des hausses époustouflantes en raison d’une baisse de l’offre.

Pour le thé, les tensions devraient diminuer en 2010 car on s’attend à une meilleure récolte au Kenya, le pays de référence pour l'export, où la production a sévèrement chuté à cause du manque de pluies. Pour le cacao, le déclin de la production de la Côte d’Ivoire, le premier pays fournisseur, est connu de longue date et rien ne laisse présager une amélioration de la récolte.

Avec un cacao au-delà des 3 500 dollars la tonne à la mi-décembre à New York, le plus haut sommet de l’année, qui renoue avec le pic historique de 1977, les chocolatiers se sont mis à broyer du noir. Ils envisagent de diminuer la teneur en cacao de leurs produits pour conserver leur marge.

En 2010, les gourmands pourraient bien trinquer, à moins que la hausse ne doive beaucoup aux investisseurs. Dans ce cas, les producteurs risquent de trouver bien amer ce commerce pas très équitable.

Comme le cacao, le jus d’orange souffre d’un déclin structurel de la production. En Floride, où sont récoltés 40% des fruits transformés en jus, la maladie décime le verger, une météo défavorable a fait le reste. Là aussi, les cours culminent sans qu’une alternative crédible ne soit en vue. La demande en jus est restée soutenue. Pour conjurer la menace de la grippe H1N1, les Américains se sont mis à boire plus de jus d’orange.

Enfin, pour terminer ce petit déjeuner de luxe, voici une bonne cuillerée de sucre. La hausse a été vertigineuse : jeudi dernier, un nouveau record a été enregistré à New York où la livre valait plus de 26 cents. Les retards de la récolte brésilienne laissent entrevoir le pire pour 2010. Pour se remettre de ces émotions du matin, vous prendrez un peu de café, avant que les cours ne s’envolent… attention, c’est annoncé pour 2010.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.