Le coq chante

Le paysan sahélien et le marché

Audio 26:30

La sécurité et l’insécurité alimentaire dépendent très souvent des aléas et des contraintes environnementales. Toutefois, il existe un autre facteur très déterminant : le marché, via les ventes et les achats de produits agricoles. Pour schématiser disons que le marché, quand les choses fonctionnent normalement, constitue une voie privilégiée de lutte contre l'insécurité. A l’inverse, quand il y a dysfonctionnement du marché, cela peut aggraver la situation alimentaire dans les familles et dans les villages. Avant les années 80, les choses étaient simples : l’Etat se chargeait de la commercialisation des produits agricoles. Après les années 80, il y a eu libéralisation, c’est-à-dire désengagement des Etats. Trois acteurs s’affrontent maintenant : le paysan, l’opérateur économique et le consommateur. A Bamako, rencontre des responsables du réseau de prévention des crises alimentaires ou RPCA.     

Publicité

Invités :
Sibiri Jean Zoundi, Chef de l’unité transformation du monde rural et développement durable au Club du Sahel de l’OCDE.
Salif Sow, Représentant régional du programme de sécurité alimentaire de USAID
Moussa Cissé, Coordonnateur du programme régional d’appui accès au marché du Cilss

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail