Invité Afrique

Hilaire Kamga, secrétaire permanent de la plate-forme de la société civile pour la démocratie, sur les causes de la mort du journaliste camerounais Bibi Ngota en prison

Audio 04:56

« Le fait de placer un individu en détention ne lui fait pas perdre tous ses droits, y compris son droit à la santé. M. Ngota aurait pu bénéficier d'un traitement médical approprié : d'autres soins que ceux qu'ils lui ont administré en prison. »

Publicité

Emotion au Cameroun après la mort le 22 avril de Bibi Ngota, directeur de Cameroun Express, retrouvé mort dans sa cellule de Kondengui, la prison centrale de Yaoundé. Aujourd'hui, Paris et Washington réclament la vérité sur ce décès. Explications d'Hilaire Kamga, secrétaire permanent de la plate-forme de la société civile pour la démocratie, et ancien président au Cameroun de NDH, Nouveaux droits de l'homme.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail