Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Dernier jour du salon « Nouvelles matières premières »

Audio 00:04

Publicité

Au dernier jour du salon « Nouvelles matières premières », le salon des entreprises du recyclage, ce vendredi 10 juin, à Marseille, un regard sur les déchets métalliques, de plus en plus prisés de l’Asie à l’Europe, en passant par la Turquie.

 
Si les prix de la tonne de déchets de fer ont baissé de 20% depuis leur pic du début de l’année, ils devraient se redresser considérablement au deuxième semestre, anticipent les professionnels du recyclage. La Turquie, gros fournisseur de produits d’acier semi-finis à la Chine, avait ralenti ses achats de ferraille mais elle est de retour sur le marché. Deux industriels turcs, appâtés par les prix plancher des déchets de fer, moins de 350 dollars la tonne, ont réalisé de grosses commandes de ferraille auprès des Etats-Unis et de l’Europe. Les besoins de la Turquie en ferraille devraient même augmenter considérablement dans les quatre ans qui viennent, comme substitut du fer devenu hors de prix, pour alimenter une production d’acier en forte croissance. Malgré les progrès de la collecte nationale de ferraille, la Turquie devrait donc rester un gros importateur.

En revanche, la Turquie est un exportateur de déchets de cuivre. Mais pour calmer les prix intérieurs de cette matière première recyclable pour sa propre industrie, Ankara vient de mettre en place une réglementation qui rend beaucoup plus difficile la sortie de la mitraille du cuivre du pays, au grand dam des pays européens.

Les pays européens veulent en effet augmenter leur activité de recyclage des métaux, les investissements progressent, pour des raisons environnementales et avec le soutien de l’Union, mais aussi pour des raisons économiques, le cuivre recyclé permettant aux industries utilisatrices de préserver plus facilement leurs marges que si elles utilisaient du minerai de cuivre raffiné, qui est passé de 4900 à 6700 dollars la tonne en un an et dont la production minière est insuffisante. Une concurrence pour le déchet de cuivre recyclable s’instaure donc avec la Chine, qui a beau développer sa production de mitraille de cuivre, mais ne parvient pas à satisfaire ses besoins sans importations massives. La consommation chinoise de cuivre devant encore augmenter de 12% cette année. 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.