Accéder au contenu principal
Revue de presse française

A la Une: affaire Bettencourt et fortune des riches

Audio 05:29
Par : Brice Barrillon
11 mn

Publicité

Les vacances commencent, pour des millions de Français, un Français sur deux en vérité, « des vacances mais pas de folie », selon le Parisien Dimanche : les Français n’oublient pas la crise, d’où le « succès des campings » qui s’amplifie. Selon Le Parisien, un Français sur trois a changé ses habitudes : « certains vont moins loin, d’autres moins longtemps. » Les politiques étant tenus de coller à l’air du temps, selon cette fois Le Journal du Dimanche, « ministres et chefs de partis affichent des destinations peu couteuses », comme Xavier Bertrand photographié devant un éventail de cartes postales : « il ira en corse à l’île Rousse, comme l’an dernier. » Tous sont-ils aussi bon élève ? le JDD affirme que le mot d’ordre est : « discrétion ! »

Les riches cependant continuent de fasciner les Français, et l’hebdomadaire Le Point leur offre et sa couverture et une enquête de 10 pages, un numéro spécial dans lequel il invite ses lecteurs à visiter, notamment, les coulisses de Saint-Jean-Cap-Ferrat. « Le comble du chic », selon le journal. Sachez que les villas «correctes » se chiffrent là-bas à « 50 millions d’euros. »

La fortune des riches

Les riches toujours et toujours dans Le Point : le romancier Patrick Besson y consacre son billet de la semaine qui commence de la façon suivante : « Mon unique lecture de l'été sera donc la liste, parue dans Challenges de juillet, des plus grosses fortunes françaises. » Et lui d’ajouter : « Les riches sont différents de nous, disait Fitzgerald à Hemingway. Qui répondait : Oui, ils sont plus riches. »

Et en effet, en 2010, la fortune a souri aux fortunés. Sous la plume de Besson qui ramasse les choses à leur plus simple expression pour leur donner du sens, cela donne ceci : « La fortune de Mme Bettencourt ? Elle a progressé de 40 % en un an. » Il commente : « J'espère que ça a consolé Liliane des avanies qu'on lui a faites dans les journaux. »

Autre exemple puisé dans sa liste des fortunes françaises : Jean-Claude Decaux : «encore plus fort », s’exclame t il : « sa fortune a doublé en 2009. » Et Besson de souhaiter qu’il « fasse un geste, offrir aux Parisiens, la gratuité du Vélib'. »
Bessson qui note encore que : «Grâce aux gens du Nord, Jérôme Seydoux, le producteur de " Bienvenue chez les Ch'tis ", a pris vingt places, passant devant Elisabeth Badinter, elle-même à la tête de 650 millions d'euros. On se demande pourquoi, dans ces conditions favorables, elle se fatigue à écrire des best-sellers contre les mères. » Son billet s’intitule « Fortes thunes » ce qui à la radio n’est pas le meilleur titre.

« Un sérial profiteur »

Le feuilleton de l’été, comme disait Le Monde, c’est bien l’affaire Bettencourt. De ce côté, pas de surprises, la semaine est riche. Paris Match a dépêché un photographe aux Seychelles pour aller voir la maison des Bettencourt sur l’île d’Arros. Photos exclusives. Pour rêver.
Marianne fait sa couverture sur ce qu’il appelle « le scandale Woerth Bettencourt. » « Ils veulent étouffer l’affaire » s’indigne-t-il en relatant par le menu ce que fait le procureur de la République de Nanterre, Philippe Courroye ; Pour Marianne, « la justice est aux ordres. »
L’hebdo fait d’autre part un portrait soigné de François-Marie Banier, « l’homme qui valait 1 milliard », et raconte comment l’artiste photographe un peu flou mais sympathique est devenu en quelques semaines « un sérial profiteur » : « Son chef d’œuvre, l’image qu’il a méticuleusement composée de lui même est en miettes » « Cet enfant de 61 ans se voulait artiste rien qu’artiste, or son dernier profil, qui n’est pas le meilleur est celui du calculateur. »

« Bettencourt mère et fille : la guerre »

Des journaux comme L’Express s’attachent à revenir aux fondamentaux : l’histoire de famille, la rivalité mère fille entre Liliane Bettencourt et sa propre héritière. Sur les photos, elles se ressemblent. « Histoire d’une haine », titre l’Express, et dans Gala journal people c’est « Bettencourt mère et fille : la guerre. »

Ici ou là, on y apprend ce qu’on savait déjà : les relations passionnelles que les deux femmes entretiennent remontent à loin. Et tournent autour du Père.
Selon Françoise Bettencourt-Meyers, François-Marie Banier a « détruit sa famille », un jour de vacances « en tenant des propos blessants sur son père qui n’ont pas été relevés et qu’elle n’a jamais acceptés. » Lorsque son père est mort, elle a porté plainte en 2007 déclenchant cette tempête. Elle ne regrette rien. Pour Gala elle dit que « ce gourou l’a séparée sournoisement de sa famille. »

Le Journal du dimanche y ajoute une tentative d’explications plus ésotérique : intitulé «les secrets d’une déchirure», l’article, avec des sous-entendus gros comme une maison indique qu’il y a « un secret d’initiés. » Le photographe Banier, homosexuel aurait été trop proche de son père dans l’esprit de sa fille.

« Woerth ne m’a jamais demandé d’embaucher sa femme »

Patrice de Maistre, le gestionnaire de fortune de la famille Bettencourt estime que « tout cela doit s’arrêter.» Revenant dans le Journal du Dimanche sur les éléments que la police lui a demandé de préciser, il affirme qu’Eric Woerth, alors ministre du Budget « ne lui a jamais demandé » expressément « d’embaucher sa femme Florence. » Il donne d’autre part moult détails pour discréditer le témoignage de l’ancienne comptable de madame Bettencourt, laissant entendre qu’elle veut se venger d’avoir perdu un contrat qu’il aurait supprimé, un contrat informatique pour son mari…

Le JDD rappelle en tous cas que la semaine à venir est celle de tous les dangers. Liliane Bettencourt est entendue demain par la police. Eric Woerth le jour suivant. Si le feuilleton s’arrête un jour, ce ne sera pas durant l’été.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.