Musiques du monde

2. Live au studio 136 avec Hindi Zahra et Lokua Kanza

Audio 19:31
(L. Aloir)

Live au studio 136 avec Hindi Zahra et Lokua Kanza. 

Publicité

"A 13 ans, j'ai vu un concert de Miriam Makeba et c'est ce soir là que j'ai décidé de devenir chanteur", se rappelle Lokua Kanza. Un père congolais issu de l'ethnie guerrière mongo, férue de polyphonies, une mère originaire des montagnes du Rwanda, pays réputé pour le raffinement de sa musique de cour, Lokua Kanza est sensibilisé dès son plus jeune âge à la beauté des mélodies. A l'adolescence, perfectionniste jusqu'au bout des ongles, il entre au Conservatoire de Kinshasa pour étudier le solfège et l'harmonie. Entre deux cours de guitare classique, poussé par une irrésistible envie de découvrir les rythmes qui font vibrer les nuits de la capitale zaïroise, fait le "ngembo" (le mur) afin d'entrevoir gratuitement les artistes qu'il admire. La rumba de Franco, l'afrobeat de Fela, le funk de James Brown sans oublier la musique traditionnelle chantée par les anciens dans les veillées ou les fêtes. Arrivé à Paris en 1984, après un détour par une école de jazz (le C.I.M. créé par Pierre Cullaz), le chanteur guitariste congolais prend ses marques auprès de ses aînés africains, à commencer par Ray Lema, qui l'introduit dans les milieux de la "world" parisienne. En parvenant à marier harmonieusement les traditions de ses origines aux sonorités occidentales, Lokua Kanza, avec sa voix d'une magique limpidité, son sens aigu de l'harmonie, de l'ambiance et de l'espace, marque un tournant décisif dans la conception des musiques africaines. Après quelques années d'absence, il revient en 2010 avec «N'kolo», un album envoûtant qui met en relief le talent de Lokua Kanza tout en dévoilant ses multiples influences.

le site de lokua kanza

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail