Revue de presse Afrique

A la Une : le premier tour de l'élection présidentielle en Côte d’Ivoire

Audio 02:40

Publicité

 

La presse du continent est plutôt enthousiaste après le vote d'hier. Le Cameroon Tribune  revient -notamment- sur « la forte mobilisation » des électeurs. Ils n'ont pas hésité à « patienter des heures durant sous une chaleur torride (...) en ce jour historique pour la Côte d'Ivoire ». Le quotidien camerounais relaie ainsi -par exemple- l'enthousiasme d'une jeune éducatrice scolaire de 24 ans qui a voté hier à Cocody. « C'est la première fois -dit-elle- que je vote. J'ai beaucoup attendu ce jour là. Je suis très heureuse ».

En France, Le Parisien décrit aussi ces longues files d'attente d'électeurs « sagement alignés ». « Ils ont fait preuve d'un calme et d'une détermination qui ont étonné de très nombreux observateurs internationaux présents sur place ». L'une des qualités requises pour voter en Côte d'Ivoire, confirme d'ailleurs Le Figaro, autre quotidien français, c'est la patience. « Il aura d'abord fallu attendre dix ans avant qu'enfin hier, avec cinq ans de retard, ne se tienne l'élection présidentielle. Et il a ensuite fallu patienter des heures -dimanche- pour pouvoir glisser son bulletin dans l'urne ».

« Pourvu que le calme continue de régner ! »

Il y avait donc beaucoup de monde hier mais aussi quelques petits soucis d'organisation. Un léger parfum « d'amateurisme » flottait dans certains bureaux de vote, note le site d'informations Fasozine au Burkina. « Par endroits, on ne savait pas trop comment procéder. Malgré tout, on peut se réjouir de constater que les démons de la violence ont été exorcisés ne serait-ce que pour une journée. Le plus dur est désormais l'acceptation du résultat des urnes. »
 

Car la grande question maintenant, c'est évidemment: que va-t-il se passer après, à l'annonce des résultats ? Pourvu en tous cas. « Pourvu que le calme continue de régner en Côte d'Ivoire ! » s’exclame Fasozine. « Les craintes pourtant demeurent de voir voler en éclats toutes les bonnes résolutions des candidats dès l'annonce des résultats », souligne L'Observateur en République démocratique du Congo.

Des résultats qui « seront probablement contestés » avance déjà Rolake Akinola, une spécialiste de l'Afrique de l'Ouest citée par le journal. Avec le risque du coup d’un éventuel report de l’éventuel second tour de l'élection. Second tour fixé au 28 novembre. Le Figaro -de son côté- redoute aussi des violences lors du décompte des voix après pourtant une campagne électorale « étonnamment bon enfant » en Côte d’Ivoire.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail