Chronique des matières premières

La peur d’un resserrement monétaire chinois fait chuter les cours des produits de base

Audio 01:49

La menace d'un ralentissement forcé de l'économie chinoise, moteur de l'économie mondiale et premier consommateur de matières premières, se rapproche. La Chine a subi une inflation record en deux ans, le mois dernier : 4,4 %, mais également une forte progression de la production industrielle et des ventes de détail.

Publicité

La publication de ces chiffres en fin de semaine dernière, avait déjà alerté les marchés de matières premières, qui avaient plongé de concert, vendredi dernier, dans la crainte d'un resserrement imminent du crédit en Chine, ce qui calmerait la faim du dragon en produits de base. Après un sursaut lundi 15 novembre, les cours se sont à nouveau effondrés mardi, lorsque les marchés ont appris que la Corée du Sud donnait le signal du resserrement monétaire, en augmentant ses taux d'intérêt d'un quart de point. Le gouvernement chinois, lui, tentait pour l'instant de calmer les prix des métaux en vendant une grande partie de ses stocks stratégiques d'aluminium. Il annonçait aussi l'instauration prochaine d'un contrôle des prix alimentaires.

Résultat : le cours des oléagineux, palme et soja, dont la Chine est le principal importateur, se sont fortement repliés mardi en Asie ; en Europe le cuivre perdait 3% ; quant au pétrole, il reculait d'un dollar à Londres, ouvrait en baisse à New York, pour revenir dans la fourchette de prix du mois d'octobre. Le maïs perdait près de 2 % dans les échanges électroniques américains...

Pourtant l'équilibre est plus que précaire entre l'offre et la demande pour la plupart des produits de base : blé, caoutchouc, sucre, huile de palme, charbon, platinoïdes... La production de cuivre est toujours fortement déficitaire ; la demande de maïs chinoise est impressionnante, Pékin aurait déjà acheté massivement la nouvelle récolte argentine. Le décor reste le même, donc, à moyen et long terme : une grande tension entre l'offre et la demande propre à faire grimper les cours, mais à court terme les décisions de politique économique en Chine risquent fort d'alimenter une forte volatilité des cours, en leur donnant, régulièrement de sérieux coups de frein.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail