Chronique des matières premières

Les cours du nickel plafonnent avec une production qui s’étoffe

Audio 01:52

L'industrie du nickel dont les représentants sont rassemblés à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, s'attend à une accalmie des prix.

Publicité

La quatrième conférence internationale du nickel n'est pas réunie sur le «Caillou» par hasard. La Nouvelle-Calédonie, qui dispose d'un tiers des réserves mondiales, devrait devenir d'ici quatre à cinq ans le deuxième producteur au monde, derrière la Russie. Après de nombreux retards, les grands projets se concrétisent enfin.

Le groupe brésilien Vale achève le rodage de son usine hydro-métallurgique, la première du genre, à Goro, dans le sud de l'île. Les premières expéditions de minerai pourraient commencer au début de l'année prochaine. Et dans la province Nord, le projet d'usine à Koniambo, co-piloté par le groupe minier suisse Xstrata et la société minière du Sud Pacifique, aux mains des indépendantistes kanaks, avance à grand pas ; elle devrait entrer en production en 2012.

Cette société calédonienne ne souhaite d'ailleurs pas en rester là, elle lorgne déjà sur les gisements de l'opérateur historique de l'île, la société Le Nickel, filiale d'Eramet, pour les moderniser et répondre à la demande de son partenaire sud-coréen, le sidérurgiste Posco.

Ailleurs dans le monde, d'autres gisements, qui avaient été mis en sommeil l'an dernier lorsque les cours étaient déprimés, vont entrer en production au début de l'année prochaine : Ramu, en Papouasie-Nouvelle-Guinée et Ambatovy à Madagascar. La mutinerie de mercredi 17 novembre à Antananarivo a momentanément inquiété les marchés sur l'avenir du projet malgache, donnant un petit coup de fouet au cours londonien du nickel, hier.

Mais globalement, après une augmentation de 22% depuis le début de l'année, les prix du nickel plafonnent, ils ne suivent pas l'envolée actuelle des cours du cuivre. La perspective d'une augmentation de l'offre mondiale de ferro-nickel classique n'est pas la seule raison : il faut aussi compter avec la production parallèle de fonte de nickel, à partir de minerai beaucoup moins concentré. Elle s'accélère en Chine, malgré son coût, dès que les cours du nickel au LME atteignent un certain seuil. Or la demande de nickel stagne chez les fabricants d'acier inoxydable, en Chine, comme en Europe.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail