Chronique des matières premières

Le marché européen du carbone cible des cybercriminels

Audio 01:50

Après la fraude à la TVA, les vols de quotas ! Décidément le marché européen du CO2 est la cible des fraudeurs. Cette dernière arnaque se monterait selon la Commission européenne au maximum à 30 millions d'euros, quand celle de la TVA avait coûté près de 5 milliards. Elle n'en démontre pas moins que le système, jeune, est fragile.

Publicité

En cinq jours des cybercriminels ont réussi à s'introduire dans les registres informatique de quotas carbone de cinq pays : l'Autriche, l'Estonie, la Grèce, la Pologne et la République tchèque. Ils ont dérobé 2 millions de certificats, soit l'équivalent d'autant de tonnes de CO2, pour les écouler aussitôt sur le marché au comptant, le marché spot.

Les entreprises qui avaient acquis ces certificats sont lésées, mais aussi potentiellement ceux qui les ont achetés de bonne foi aux fraudeurs, ou qui les ont rachetés à d'autres opérateurs depuis. Car les quotas sont numérotés et donc traçables. Et Bluenext la plus grande bourse européenne du carbone affirme que d'ici la reprise des transactions au comptant, elle aura mis en place un système pour identifier et isoler les quotas volés.

Bruxelles avait déjà exigé des pays européens qu'ils renforcent la protection de leur registre national en février dernier, après une fraude similaire en Allemagne. Mais dès novembre, le groupe cimentier suisse Holcim s'était fait voler 6 millions de certificats en Roumanie, dont 600 000 s'étaient retrouvées sur le registre du Liechtenstein, pays auquel le système d'échange de droits à polluer est également ouvert. Contrôler une trentaine de registres aux mains d'autant d'administrations ou banques publiques différentes semble difficile, la centralisation des fichiers à Bruxelles est d'ailleurs prévue en 2013.

En attendant, cette nouvelle affaire n'a pas affecté le cours du carbone, la tonne de CO2 a même un peu augmenté. Mais elle a donné des arguments aux pourfendeurs d'un marché dont l'objectif est de faire baisser les émissions européennes de gaz à effet de serre de 20% d'ici 2020, mais qui essuie depuis six ans les plâtres pour le reste de la planète.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail