Chronique des matières premières

Le cuivre a battu un nouveau record malgré la trêve du Nouvel An

Audio 01:41

Malgré la trêve du Nouvel An, où l'activité économique ralentit en Chine, le cours du cuivre continue de grimper, il frôle les 10 000 dollars la tonne.

Publicité

Le cuivre a battu un nouveau record mercredi matin 2 février 2011, à la bourse des métaux de Londres : 9 984 dollars la tonne. Tous les traders et les négociants s'attendent à voir le cours du métal rouge crever le plafond des 10 000 dollars d'un jour à l'autre, alors qu'il y a encore six mois, personne n'aurait imaginé une ascension aussi rapide.

Les cours n'arrêtent pas de flamber, et pourtant, la demande est inexistante sur le marché physique. « Depuis le renouvellement des contrats à long terme en décembre dernier, le négoce est mort en Asie », témoigne un négociant. La Chine est entrée dans la période de léthargie économique qui précède et suit le Nouvel An chinois, les salariés rentrent dans leurs provinces, la construction s'arrête. Il y a tellement peu de ventes de cuivre en Chine en ce moment que la prime chinoise par rapport au cours du marché londonien est descendue à 20 dollars, elle était de 115 dollars en décembre. Quant à la prime en Europe, 50 dollars aujourd'hui, elle a été divisée par deux. Il faut dire que les industriels européens ont du déchet de cuivre en abondance sous la main, ils n'achètent donc plus de cathodes, certains revendent même celles qu'ils ont achetées dans le cadre des contrats à long terme pour se tourner vers les déchets, moins onéreux.

Il y a donc une distorsion totale entre le prix fou sur le marché à terme et la réalité du marché physique. Pour une première raison : les opérateurs, l'année dernière, alarmés par l'annonce d'un déficit de cuivre en 2011, avaient décidé de se couvrir à long terme plus que sur une base rapprochée, ce qui se traduit dans la hausse des cours aujourd'hui. Cette flambée est aussi alimentée par les achats des investisseurs financiers, qui ont pris une place croissante sur le marché des métaux, on l'a déjà évoqué. Et puis il faut compter avec une autre conséquence du Nouvel An chinois : la bourse de Shanghai est fermée depuis mercredi 2 février. Le volume des transactions est par contagion très faible aussi à Londres. Et c'est souvent dans ces moments là que la volatilité est extrême.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail