Accéder au contenu principal
Le coq chante

Le Projet Riz Pluvial (PRP) au Burkina Faso

Audio 26:31
Le bas-fond rizicole du village de Tiara dans la province du Huet.
Le bas-fond rizicole du village de Tiara dans la province du Huet. (Photo : Sayouba Traoré / RFI)
Par : Sayouba Traoré
29 mn

On peut dire qu’au Burkina Faso, on a toujours fait de la riziculture. D’abord, une petite riziculture familiale dans les régions de tradition rizicole, c’est-à-dire là où il y a une bonne pluviométrie. Ce type de production concernait de petites parcelles et dépendait de la pluviométrie. Ensuite, il y a eu l’aménagement des périmètres irrigués. Les plus anciens se souviennent du sigle AVV qui signifie «Aménagement des Vallées des Volta». Puis, le projet Riz Pluvial qui permet de cultiver du riz dans les 13 régions du pays, avec l’aménagement des bas-fonds. A chacune de ces étapes, on cherchait à augmenter les rendements à l’hectare. Mais, le déclic majeur viendra avec la dévaluation du franc CFA en 1994. Visite de bas-fonds rizicoles dans le village de Tiara dans la province du Huet et le village de Sidéradougou dans la province de la Comoé à 460 kilomètres de Ouagadougou.

Publicité

Invités :
- Youssouf Ouattara, agronome, coordonateur national du projet Riz Pluvial au Burkina Faso
- Tapsoba Evariste, chef de zone PRP de Sidéradougou
- Dagnogo Béféléka, président du comité villageois de gestion du bas-fond Sidéradougou 2.

Bas-fond rizicole Sidéradougou 2, dans la province de la Comoé.
Bas-fond rizicole Sidéradougou 2, dans la province de la Comoé. (Photo : Sayouba Traoré / RFI)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.