Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Les produits frais au Japon

Audio 01:55

Depuis qu'un taux anormal de radioactivité a été détecté sur des épinards, des navets et du lait, produits dans la province de Fukushima, près de la centrale nucléaire japonaise, les pays qui importent des produits alimentaires japonais prennent des mesures pour mettre leurs consommateurs à l'abri d'une contamination.

Publicité

Les Etats-Unis et le Canada procèderont à des tests sur les aliments en provenance des quatre provinces japonaises les plus proches de Fukushima. De son côté l'Union européenne élargit cette zone de précaution à 12 provinces, et elle exige que les produits soient testés avant de quitter les côtes nipponnes. L'Australie, La Nouvelle-Zélande, l'Inde, le Vietnam, la Thaïlande ont aussi imposé des tests aux produits japonais. Les autorités de Bangkok ont en outre demandé aux négociants de cesser d'importer des fruits, des légumes, de la viande, des fruits de mer ou des produits laitiers de toute l'île de Honshu, l'île principale de l'archipel nippon.

Mais les restrictions les plus draconiennes sont le fait des pays voisins du Japon : la Russie, Singapour, la Chine, la Corée du Sud et Taiwan ont imposé un embargo presque total sur les produits alimentaires en provenance des quatre à six régions les plus proches de Fukushima. Les autorités de Taipeh auraient trouvé des traces de radioactivité dans des fèves et des palourdes, certes dans des limites autorisées, mais les cargaisons ont été détruites et Taiwan pourrait élargir le périmètre de précaution. Cela pourrait nuire aux exportations de pommes du Japon, la Fuji ou la Vénus, qui s'étaient peu à peu taillé une réputation, en Asie, comme aux Etats-Unis, mais qui sont cultivées dans la région nord qui jouxte la zone d'exclusion.

La Chine est de son côté beaucoup plus alarmiste. A Hong Kong on aurait trouvé des teneurs en radioactivité 2 à 10 fois supérieures aux limites autorisées sur des navets et des épinards. La région administrative spéciale et Pékin ont donc aussi stoppé leurs importations alimentaires depuis cinq régions japonaises. Les 15 000 dernières boîtes de lait japonais conditionnées dans une des régions incriminées débarquent ce lundi 28 mars à Hong Kong. Ensuite plus une goutte n'approchera le delta de la rivière des Perles. Heureusement pour le Japon, les exportations agricoles sont marginales, l'archipel est plutôt un grand importateur de denrées alimentaires. C'est à la population japonaise que les productions locales vont évidemment manquer le plus.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.