Chronique des matières premières

Le maïs bientôt remplacé par du blé dans l'éthanol américain?

Audio 01:44
Aux Etats-Unis, chose rarissime, les prix du maïs ont dépassé ceux du blé.
Aux Etats-Unis, chose rarissime, les prix du maïs ont dépassé ceux du blé. Ryan Stone

Les prix du maïs ont atteint de tels niveaux que les fabricants d'éthanol aux Etats-Unis songent à lui substituer le blé pour produire du biocarburant.

Publicité

La faiblesse des stocks de maïs aux Etats-Unis - de loin le premier producteur au monde -  et celle des stocks mondiaux par rapport à la demande ont été confirmées par le département américain à l'Agriculture jeudi 9 juin. Depuis, les cours du maïs frôlent les 8 dollars le boisseau à Chicago. C'est un niveau jamais vu dans l'histoire de cette céréale, on a pulvérisé les records de 2008, et surtout, cela hisse le prix du maïs au-dessus du prix du blé. Cette situation est rarissime. En quarante ans on peut compter sur les doigts de la main les fois où l'inversion s'est produite entre les prix des deux céréales.

C'est pourquoi les fabricants américains d'éthanol, qui engloutissent 40 % du maïs produit aux Etats-Unis, s'interrogent sur l'opportunité de le remplacer par du blé ! Un autre secteur, l'alimentation du bétail a déjà opté pour la substitution partielle du maïs par le blé pour nourrir les volailles. Aux Etats-Unis, la consommation de biocarburants croît avec le taux d'incorporation dans l'essence. L'industrie de l'éthanol, soutenue par une subvention prorogée, mardi, par le Sénat, fait donc ses calculs.

On sait faire de l'éthanol à partir du blé, de même qu'avec la betterave et bien sûr la canne à sucre mais le blé donne 20% à 30% de moins d'éthanol que le maïs. Les usines américaines devrait en outre investir pour adapter les usines à la distillation du blé. Elles devraient enfin se priver des revenus complémentaires que leur apportent les déchets de la distillation du maïs, la drêche, qui est vendue aux fabricants d'alimentation animale.

Pour que la substitution soit rentable, concluent les industriels américains de l'éthanol, il faudrait que l'écart de 50 cents de dollars qui prévaut actuellement entre le maïs et le blé atteigne plusieurs dollars et cela durablement. Pour l'instant, beaucoup d'incertitude sur les récoltes de l'une et l'autre céréale empêchent toute prévision.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail